Une nouvelle année de transition pour GBL : le holding opère un véritable revirement stratégique. Les dividendes sur les participations détenues diminueront cette année par rapport à l'an dernier, principalement en raison de la vente par GBL d'un important lot d'actions Total, dont le rendement de dividende est élevé, alors que le produit de cette cession doit encore être réinvesti. C'est aussi la pierre angulaire de la nouvelle stratégie. Les grandes participations dans les valeurs énergétiques françaises Total, Engie et Suez Environnement sont allégées, et les nouveaux investissements se concentrent sur les entreprises qui pr...

Une nouvelle année de transition pour GBL : le holding opère un véritable revirement stratégique. Les dividendes sur les participations détenues diminueront cette année par rapport à l'an dernier, principalement en raison de la vente par GBL d'un important lot d'actions Total, dont le rendement de dividende est élevé, alors que le produit de cette cession doit encore être réinvesti. C'est aussi la pierre angulaire de la nouvelle stratégie. Les grandes participations dans les valeurs énergétiques françaises Total, Engie et Suez Environnement sont allégées, et les nouveaux investissements se concentrent sur les entreprises qui promettent plus de croissance et une plus grande diversification des risques. Cette nouvelle stratégie doit permettre d'accroître le flux de dividendes et la capitalisation boursière, après la stagnation des dernières années. GBL souligne sa foi dans cette stratégie en versant un dividende au moins aussi élevé que celui de l'an dernier. Ce qui porte le rendement de dividende brut à 3,6%. Cet exercice est déjà bien avancé. La participation totale dans Total et Engie baissera d'ici la fin de l'année à environ 1milliard EUR sur un total d'environ 15milliards EUR. Les nouvelles étoiles de ce portefeuille se nomment Adidas, Umicore et Ontex, qui représentent une valeur de portefeuille totale de quelque 3milliards EUR. GBL a déjà annoncé son intention d'accroître sa participation dans ces entreprises, précisément parce que ces entreprises répondent au profil recherché par GBL: des entreprises qui occupent une position dominante dans leur secteur, ont un potentiel de croissance, sont actives dans les émergents, ont un modèle d'affaires robuste, la flexibilité financière nécessaire... Les secteurs visés sont ceux qui, notamment, profitent du vieillissement de la population, qui opèrent un glissement vers une économie verte et durable. Adidas, entreprise innovante, est l'un de ces leaders, avec une marque forte sur un marché en croissance et un potentiel d'amélioration des marges. GBL a déjà renforcé sa participation dans Adidas à 6,1%, pour une valeur de près de 2milliards EUR. Chez GBL, on s'intéresse depuis peu davantage aux ventes de chaussures qu'au prix du pétrole. GBL entend asseoir la diversification de son portefeuille et poursuivre le développement de ses investissements alternatifs, surtout dans des entreprises non cotées, au sein de Sienna Capital, le pôle de capital-risque du holding. À moyen terme, ce pôle doit peser 10% du portefeuille, ou 1,5milliard EUR au moins. Aujourd'hui, ce compteur affiche 800millions EUR. Au premier semestre de cette année, Sienna Capital a versé 18,2millions EUR de dividendes à GBL, contre 0EUR l'an dernier. Cette branche doit assurer, à terme, un flux récurrent de dividendes. GBL détient un portefeuille de plus en plus diversifié, structuré de manière à créer de la valeur dans la durée. Grâce à son revirement stratégique, GBL peut à nouveau suivre les indices. La décote sur la valeur intrinsèque a dès lors baissé à 15 à 20%. A présent, la direction doit démontrer qu'elle peut créer de la valeur et surperformer l'indice.Conseil : conserverRisque : faibleRating : 2A