Les actionnaires de Galapagos ont connu un premier semestre à deux visages. Les premiers mois furent très bons avec le démarrage de plusieurs nouveaux essais cliniques de phase II avec Filgotinib, des avancées dans le programme de recherche sur la mucoviscidose et des rapports d'analystes positifs. Le directeur Onno van de Stolpe maîtrise comme nul autre l'art de récolter des capitaux frais au bon moment. L'émission, à proximité du sommet de 89,75 euros, de 4,5 millions d'actions nouvelles à 90 dollars par action (produit net de 340 millions d'euros pour 9,3% d'actions supplémentaires) a cependant marqué ...

Les actionnaires de Galapagos ont connu un premier semestre à deux visages. Les premiers mois furent très bons avec le démarrage de plusieurs nouveaux essais cliniques de phase II avec Filgotinib, des avancées dans le programme de recherche sur la mucoviscidose et des rapports d'analystes positifs. Le directeur Onno van de Stolpe maîtrise comme nul autre l'art de récolter des capitaux frais au bon moment. L'émission, à proximité du sommet de 89,75 euros, de 4,5 millions d'actions nouvelles à 90 dollars par action (produit net de 340 millions d'euros pour 9,3% d'actions supplémentaires) a cependant marqué un tournant. Galapagos a renforcé ainsi sa position de trésorerie déjà solide en la portant à 1,3 milliard d'euros. Le recul de plus de 20% depuis était le bienvenu, mais s'est accentué après que Galapagos a dû concéder quelques mois de retard dans son programme de recherche sur la mucoviscidose lors de la journée R&D annuelle le 20 juin. Avec son partenaire AbbVie, Galapagos développe une trithérapie (combinaison d'un potentialisateur et de deux correcteurs) qui s'attaque à la cause sous-jacente de la maladie chez 90% des patients. La première des trois études sur la trithérapie commencera désormais au quatrième trimestre, les deux prochaines au premier et au deuxième semestre 2018. Rien de catastrophique en soi, sinon que le retard, d'au moins un an, pris par rapport à Vertex Pharmaceuticals, le leader du marché, s'est encore creusé. Il s'agira donc surtout d'obtenir de meilleurs résultats. Galapagos et son partenaire Gilead Sciences continuent à beaucoup investir dans leur poule aux oeufs d'or potentielle qu'est Filgotinib. Trois essais cliniques de phase III sont en cours pour le rhumatisme, la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, une maladie chronique de l'intestin. Leurs résultats sont attendus à partir du deuxième semestre 2018. Six essais cliniques de phase II pour des indications complémentaires ont commencé au cours des six derniers mois. Pour les mois à venir, nous attendons les résultats d'une étude de phase IIa avec le GLPG1690 auprès de patients souffrant d'une fibrose pulmonaire ainsi que ceux d'une étude de phase Ib avec MOR106, un médicament développé en collaboration avec MorphoSys contre les maladies de la peau. Le recrutement pour l'étude de phase Ib sur le GLPG1972 (arthrose, avec son partenaire Servier) sera achevé également cette année, et deux essais cliniques pour des indications non divulguées encore seront lancés sur le GLPG2384 et GLPG1205. Compte tenu d'une trésorerie de 1,3 milliard de dollars, la valeur de l'entreprise est retombée en deux mois de 3 à 2 milliards d'euros. Elle est encore élevée, mais ces éléments nous permettent de relever le conseil à digne d'achat (1C). Vous pouvez cela dit attendre tranquillement quelques semaines. Devise : euroMarché : Euronext BruxellesCapitalisation boursière : 3,36 milliards EURC/b 2016 : -C/b attendu 2017 : -Performance du cours sur 12 mois : +35 %Performance du cours depuis le début de l'année : +11 %Rendement du dividende : -