S'il est avalisé, le projet de fusion entre les canadiens Agnico Eagle Mines (AEM) et Kirkland Lake Gold (KLG) revêtira la forme d'une fusion entre égaux (sans prime), dans le cadre de quoi les actionnaires de KLG recevront, par action, 0,7935 action du nouveau AEM.
...

S'il est avalisé, le projet de fusion entre les canadiens Agnico Eagle Mines (AEM) et Kirkland Lake Gold (KLG) revêtira la forme d'une fusion entre égaux (sans prime), dans le cadre de quoi les actionnaires de KLG recevront, par action, 0,7935 action du nouveau AEM.Ce rapport d'échange, convenu par les conseils d'administration, repose sur le profil de production actuel, la structure des coûts, le potentiel de croissance et les réserves disponibles, entre autres. A contre-courant de la tendance, AEM a investi massivement dans de nouvelles capacités de production ces dernières années et ouvert plusieurs nouvelles mines. Il compte désormais neuf mines opérationnelles (Canada, Finlande, Mexique). Sa production passera à 2,1 millions d'onces troy en 2022, contre 1,74 million en 2020. Le coût de production moyen tourne autour de 1.000 dollars l'once, ce qui, au cours actuel, garantit une marge bénéficiaire confortable. L'action s'échange pourtant au même prix que lorsque l'once coûtait 1.400 dollars. AEM est endetté à hauteur de 1,3 milliard de dollars net. KLG est une des cibles les plus intéressantes du secteur. Grâce à la mine Fosterville (Australie), sa production a augmenté de 400%, à 1,4 million d'onces, en quatre ans. Fosterville a atteint en 2020 un pic de production de 640.000 onces, pour un coût de 325 dollars à peine. Mais sa production ne sera plus que de 375.000-400.000 onces ces prochaines années, et les coûts vont augmenter. Sa capacité à maintenir des teneurs élevées va dépendre de nouveaux travaux d'exploration, un aléa partiellement compensé par Macassa (Canada), dont la production atteindra cette année 240.000 onces. La mise en service d'un nouveau puits devrait permettre à Macassa d'extraire davantage de minerai, ce qui porterait sa production à 310.000 onces l'an prochain et 412.000 en 2023. Simultanément, le coût de production diminuera de 20%, sous 600 dollars. Le potentiel d'exploration du site demeure, enfin, élevé. A Detour Lake, les travaux d'exploration vont permettre de faire passer la production à 800.000 onces d'ici 2025, et donc de réduire les coûts. Le coût de production moyen des mines de KLG avoisine les 800 dollars, ce qui fait du groupe le producteur le plus efficace de toutes les majors. KLG n'ayant toutefois pas de projets en réserve, sa croissance doit venir de mines existantes, d'où les prévisions limitées pour 2021 et 2022. Grâce aux cash-flows disponibles, sa trésorerie nette approchera du milliard de dollars d'ici à la fin de l'année. AEM dispose d'un pipeline prometteur et entend accroître la production sur trois sites. La nouvelle entité disposera en 2022 de 12 mines opérationnelles et 75% de sa production proviendront du Canada, pays favorable à l'activité minière. C'est également là que se concentreront 85% des réserves. Avec 54 millions d'onces de réserves, elle ne sera précédée que de Barrick et de Newmont.Certains actionnaires de KLG se sentent lésés par les conditions de la fusion, ce qui, étant donné les performances récentes de la société et le fait que l'action AEM a cédé près de 50% ces derniers mois, n'est pas totalement injustifié. Mais stratégiquement, l'opération a du sens. KLG permettra de réduire les coûts, AEM assurera la croissance. Le nouveau groupe n'aura pas à rougir face à Barrick et à Newmont. Sur le long terme, l'action est intéressante mais dans l'immédiat, on attend d'en savoir plus sur le calendrier de la réduction des mesures de soutien à l'économie (tapering) de la banque centrale américaine. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 52,45 dollarsTicker: AEM USCode ISIN: CA0084741085Marché: NYSECapit. boursière: 12,8 milliards USDC/B 2020: 17C/B attendu 2021: 17Perf. cours sur 12 mois: -33%Perf. cours depuis le 01/01: -30%Rendement du dividende: 2,4%