Le groupe allemand Fresenius sera-t-il bientôt propriétaire de la division Alimentation santé de Danone ? Selon un récent article paru dans le Financial Times, la probabilité est réelle. Avec des produits tels que Actimel, Danacol et Fortisip, Danone est numéro 1 au monde dans cette activité et, depuis plusieurs mois, des rumeurs font état d'une possible vente de cette division par le géant alimentaire français. Fresenius SE & Co KGaA est une action allemande de qualité qui a nettement surperformé l'indice DAX ces 20 dernières années, avec un return annuel moyen de 19,8%, contre 9,2% pour le DAX. Le groupe s'articule autour de quatre divisions. D'abord, Fresenius Medical Care (ticker FME en Bourse de Francfort; code...

Le groupe allemand Fresenius sera-t-il bientôt propriétaire de la division Alimentation santé de Danone ? Selon un récent article paru dans le Financial Times, la probabilité est réelle. Avec des produits tels que Actimel, Danacol et Fortisip, Danone est numéro 1 au monde dans cette activité et, depuis plusieurs mois, des rumeurs font état d'une possible vente de cette division par le géant alimentaire français. Fresenius SE & Co KGaA est une action allemande de qualité qui a nettement surperformé l'indice DAX ces 20 dernières années, avec un return annuel moyen de 19,8%, contre 9,2% pour le DAX. Le groupe s'articule autour de quatre divisions. D'abord, Fresenius Medical Care (ticker FME en Bourse de Francfort; code ISIN : DE0005785802), le leader de marché mondial absolu dans l'équipement et les centres de dialyse. La dialyse rénale est nécessaire pour maintenir en vie les patients souffrant de déficience rénale, dans l'attente ou non d'une transplantation. Le nombre de patients obligés de recourir à la dialyse progresse à un rythme de 5 à 6% par an dans le monde, et on en recense aujourd'hui 2,3 millions. Fresenius a réalisé 40,4 millions de dialyses l'an dernier. Au 1er semestre, Fresenius Medical Care prenait à son compte 50% du chiffre d'affaires (CA) du groupe Fresenius SE et 52% du bénéfice opérationnel (EBIT) du groupe (731 millions). La deuxième filiale par ordre d'importance est Fresenius Kabi (23% du CA et 29% de l'EBIT du groupe). Fresenius Kabi est spécialisée dans le traitement et le soin des patients souffrant de maladies chroniques et graves par l'administration de médicaments génériques par intraveineuse, la réalisation de transfusions sanguines, des thérapies d'infusion et le matériel médical connexe. Cette activité aussi enregistre une forte croissance en raison du vieillissement de la population (occidentale), des nombreuses expirations de brevets (16 milliards USD d'ici à 2021) et du déploiement du portefeuille de produits sur les marchés de croissance en Asie. Fresenius Helios (23% du CA du groupe, 10% de l'EBIT du groupe) est le plus grand opérateur d'hôpitaux privés en Allemagne. Le réseau se composait de 112 hôpitaux à la fin de l'an dernier. Enfin, il y a Fresenius Vamed (4% du CA et 1% de l'EBIT du groupe), un prestataire de services (autrichien) actif dans la planification, la construction et l'exploitation de facilités hospitalières. Jusqu'à présent, Fresenius Vamed a contribué à l'achèvement de plus de 600 facilités hospitalières dans 70 pays. Au 1er semestre, le CA s'est accru de 7%, à 10,7 milliards EUR (croissance moyenne de 11% au cours de la décennie écoulée), et l'EBIT a reculé légèrement (-3%), à 1,4 milliard EUR. Le résultat net a cependant progressé de 1%, à 487 millions EUR. Le groupe s'est montré relativement optimiste pour l'ensemble de l'année. La direction table sur 14 à 16% de croissance du CA à taux de change constants et sur une hausse du résultat net de 2 à 5%. D'ici à 2017, le groupe espère réaliser environ 30 milliards EUR de CA et 1,4-1,5 milliard EUR de résultat net. Le dividende a été relevé pour la 21eannée consécutive à 1,25 EUR pour 2013 (contre 0,07 EUR en 1993). ConclusionOn attend évidemment de savoir si une transaction aura lieu avec Danone. L'action ne s'est pas distinguée cette année, vu la croissance limitée du bénéfice en 2014. La valorisation est inférieure à la moyenne historique, à 16,5 fois le bénéfice attendu pour 2015 et un EV/EBITDA de 9. Un investissement de long terme à potentiel dans le cadre de la thématique Vieillissement de la population.Conseil: digne d'achatRisque: faibleRating: 1A