En octobre, le groupe canadien de royalties Franco-Nevada (FNV) a annoncé un nouvel accord de streaming important. Il investit 648 millions USD dans un stream (ou flux de production) de la production d'or et d'argent provenant de la mine de Candelaria, au Chili. Lundin Mining a versé 1,8 milliard USD pour la reprise des 80% de droits de propriété sur Candelaria de Freeport-McMoRan. Cette mine de cuivre, d'or et d'argent est en production de vingt ans. Les réserves actuelles garantissent une production jusqu'en 2028, avec d'autres possibilités d'extension. FNV paie 400 USD l'once d'or livrée et 4 USD l'once d'argent. La transaction contribue directement à la production, et pour 2014, FNV table sur 20 à 30.000 on...

En octobre, le groupe canadien de royalties Franco-Nevada (FNV) a annoncé un nouvel accord de streaming important. Il investit 648 millions USD dans un stream (ou flux de production) de la production d'or et d'argent provenant de la mine de Candelaria, au Chili. Lundin Mining a versé 1,8 milliard USD pour la reprise des 80% de droits de propriété sur Candelaria de Freeport-McMoRan. Cette mine de cuivre, d'or et d'argent est en production de vingt ans. Les réserves actuelles garantissent une production jusqu'en 2028, avec d'autres possibilités d'extension. FNV paie 400 USD l'once d'or livrée et 4 USD l'once d'argent. La transaction contribue directement à la production, et pour 2014, FNV table sur 20 à 30.000 onces d'équivalents or (or et argent combinés). Les prochaines années, la production s'élèvera en moyenne à 60-70.000 onces, avec un pic à plus de 80.000 onces l'an prochain. Cette importante transaction explique l'augmentation de capital inattendue, mais au timing parfait, de l'été dernier. La société a levé 500 millions USD au travers de l'émission de 8,38 millions de nouveaux titres (5,7% de dilution) à 59,75 USD, soit seulement 1,8% de moins que le cours record du 12 août. Au cours des 12 derniers mois, FNV a réalisé 35 opérations, pour un investissement total de 1 milliard USD. Qui plus est, sa soif ne s'est toujours pas apaisée, puisque le directeur David Harquail a annoncé qu'il étudiait encore de nombreuses opportunités. La faiblesse des prix des métaux précieux procure un avantage à FNV : les sociétés minières sont plus tentées d'envisager des accords de streaming car les moyens de financement traditionnels (financement de dettes, émissions de capital) sont moins intéressants, et ne sont pas toujours accessibles. Après la transaction avec Lundin Mining, FNV dispose encore de plus de 600 millions USD en liquide et d'une ligne de crédit inutilisée de 500 millions USD. La société n'a aucune dette. Grâce aux récentes acquisitions, FNV a réalisé au 3etrimestre une production de 70.071 onces d'équivalents or, ce qui représente une augmentation de 23,6% par rapport à la même période l'an dernier. Le CA du groupe a augmenté de seulement 8,9% en raison des prix réalisés inférieurs des métaux, à 107,6 millions USD. Les revenus de royalties sur le pétrole et le gaz ont diminué de 8,1%, à 20,5 millions USD. La cause est naturellement le faible prix du pétrole, un élément qui pèsera encore plus lourd dans la balance au 4etrimestre. Les revenus pétroliers ont totalisé seulement 12,6 millions USD au 4etrimestre de l'an dernier. La fourchette de CA prévue pour 2014 se situe entre 70 et 80 millions USD, dont 62,9 millions USD ont déjà été réalisés sur les neuf premiers mois. Le cash-flow opérationnel récurrent (REBITDA) s'est accru après neuf mois de 6,3%, à 260,7 millions USD. Après 9 mois, le bénéfice net récurrent par action s'élève à 0,71 USD (0,74 USD l'an dernier). Compte tenu de la production jusqu'ici supérieure aux prévisions, et de la transaction avec Lundin Mining, FNV a relevé les prévisions de production pour 2014 de manière substantielle : d'entre 245 et 265.000 à une fourchette comprise entre 280 et 300.000 onces. ConclusionFranco Nevada enchaîne les transactions, profitant de la période difficile que traversent les marchés de métaux précieux. L'action se redresse lentement depuis le repli qui a suivi l'augmentation de capital. Nous relevons le conseil compte tenu de son modèle d'affaires défensif, de son portefeuille de projets diversifié et de ses perspectives enthousiasmantes.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B