Cette année, le cours de la société canadienne de royalties Franco-Nevada (FNV) a déjà rebondi de 35%, soit plus que le cours de l'or (+5,4%) et de GDX (un tracker composé des plus grandes valeurs aurifères; +18%). En 2013, pour la première fois depuis son IPO fin 2007, FNV avait enregistré une sous-performance par rapport au cours du métal jaune (-30% contre -29%, GDX -55%). Sa surperformance depuis fin 2007 est cependant impressionnante : 216% de mieux que le cours de l'or et 315% de plus que le tracker GDX. Le grand avantage du système de royalties est que la société évite les risques traditionnels liés à l'exploitation minière tout en profitant au maximum de la hausse des prix des métaux précieux. Par ailleurs, FNV...

Cette année, le cours de la société canadienne de royalties Franco-Nevada (FNV) a déjà rebondi de 35%, soit plus que le cours de l'or (+5,4%) et de GDX (un tracker composé des plus grandes valeurs aurifères; +18%). En 2013, pour la première fois depuis son IPO fin 2007, FNV avait enregistré une sous-performance par rapport au cours du métal jaune (-30% contre -29%, GDX -55%). Sa surperformance depuis fin 2007 est cependant impressionnante : 216% de mieux que le cours de l'or et 315% de plus que le tracker GDX. Le grand avantage du système de royalties est que la société évite les risques traditionnels liés à l'exploitation minière tout en profitant au maximum de la hausse des prix des métaux précieux. Par ailleurs, FNV parvient à profiter, sans investissements supplémentaires, d'augmentations des quantités de réserves prouvées d'actifs existants. La quantité de réserves prouvées des actifs détenus par FNV en 2007 a entretemps plus que doublé. En 2013, la production s'est accrue de 4,8%, à 241.402 onces d'équivalents or. FNV a ainsi dépassé les propres prévisions de 215.000 à 235.000 onces d'équivalents or. Ces dernières années, les Canadiens ont diversifié leurs investissements dans l'industrie pétrolière. Les revenus de royalties sur le pétrole et le gaz ont augmenté en 2013 de 63%, à 67 millions USD. Au niveau du groupe, le repli du chiffre d'affaires (CA) s'est ainsi limité à 6,1% (de 427 millions USD en 2012 à 400,7 millions USD en 2013). Le cash-flow opérationnel apuré (EBITDA) a reculé de 7,3%, à 322,5 millions USD, tandis que le bénéfice net apuré a reflué de 19,1%, à 138,3 millions USD ou 0,94 USD par action (1,19 USD par action en 2012). En 2014, FNV prévoit une croissance ultérieure de la production à 245.000 - 265.000 onces d'équivalents or et des revenus sur le pétrole et le gaz compris entre 60 et 70 millions USD. Au 1ertrimestre, FNV a enregistré 65.836 onces de production et 18,7 millions USD de revenus sur le pétrole. A l'horizon 2018, FNV table sur 300.000 à 325.000 onces d'équivalents or de production et sur 65 à 7 millions USD de revenus sur le pétrole et le gaz. Fin mars, FNV disposait de plus de 1,2 milliard USD pour conclure de nouveaux contrats. Au 1er trimestre, FNV a investi 170 millions USD dans des transactions de streaming avec Teranga (135 millions USD; annuellement 22.500 onces d'or dans une mine au Sénégal à 20% du prix spot) et Klondex Mines (35 millions USD; 38.250 onces de manière cumulative jusque 2018, ensuite 2,5% de royalties nets sur la mine Fire Creek aux Etats-Unis). Au 2e trimestre, FNV a déjà annoncé un prolongement (à partir de 2016) du contrat existant de royalties avec Coeur Mining et le groupe finalisera également l'acquisition d'une opération de royalties de 2% nets avec Yamana Gold pour la mine Cerro Moro en Argentine. La croissance future (à partir de 2018) proviendra notamment de la gigantesque mine Cobre Panama au Panama. Cette mine est exploitée par First Quantum Minerals (propriété à 80%) et en échange de 86% de la production complémentaire d'or et d'argent (87.500 onces d'équivalents or de l'année 1 à l'année 11, 62.500 onces annuellement jusqu'à l'année 34), FNV investira un total d'un milliard USD, dont 200 millions USD cette année. ConclusionFranco Nevada est une entreprise de premier rang. Après la forte hausse, l'action est cependant devenue chère : 55 fois le bénéfice attendu pour 2014 et 21 fois le ratio valeur d'entreprise (EV)/cash-flow opérationnel attendu (EBITDA) pour 2014. Une alternative à un investissement de long terme dans l'or physique, mais uniquement sur repli.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B