La société canadienne de royalties et de streaming continue d'enchaîner les records, ce qui, alors que les cours des métaux précieux subissent une correction depuis un an, témoigne de son excellente gestion. Elle décroche par ailleurs occasionnellement des contrats très rentables dans d'autres segments du secteur des matières premières. Ce fut notamment le cas il y a quelques années, avec une série d'opérations dans le pétrole et le gaz ainsi que dans le cuivre (Cobre Panama). Franco-Nevada (FNV) a signé au printemps une transaction sur les royalties de Vale, pour 538 millions de dollars, et investi 93 millions de dollars canadiens dans Labrador Iron Ore Royalty Corp; ces opérations portent sur des mines de minerai de fer qui produiront pendant des...

La société canadienne de royalties et de streaming continue d'enchaîner les records, ce qui, alors que les cours des métaux précieux subissent une correction depuis un an, témoigne de son excellente gestion. Elle décroche par ailleurs occasionnellement des contrats très rentables dans d'autres segments du secteur des matières premières. Ce fut notamment le cas il y a quelques années, avec une série d'opérations dans le pétrole et le gaz ainsi que dans le cuivre (Cobre Panama). Franco-Nevada (FNV) a signé au printemps une transaction sur les royalties de Vale, pour 538 millions de dollars, et investi 93 millions de dollars canadiens dans Labrador Iron Ore Royalty Corp; ces opérations portent sur des mines de minerai de fer qui produiront pendant des décennies.La première contribution rétroactive (au 1er janvier), de 15.493 onces troy d'équivalent or, provenant de la transaction sur royalties conclue avec Vale, a aidé à écouler, au 2e trimestre, le volume record de 166.856 onces, en hausse de 59,9% par rapport au 2e trimestre de l'an dernier, qui fut certes marqué par la pandémie. Le prix moyen perçu par once troy d'or ayant augmenté de 6,1%, à 1.816 dollars, le chiffre d'affaires (CA) des métaux précieux a bondi de 65,8%, à 299,8 millions de dollars. La croissance des ventes au 1er semestre a atteint 32,2%, à 316.431 onces d'équivalent or, celle du CA, 42,8%, à 563,6 millions de dollars. Le CA dans le segment du pétrole et du gaz s'est envolé de 70,2% , à 47,3 millions de dollars, au 2e trimestre, ce qui porte le CA consolidé à 347,1 millions de dollars (+77,6%), un autre record. Entre janvier et juin, le CA issu du pétrole et du gaz a atteint 92,4 millions de dollars (+120%) et le CA consolidé, 656 millions (+50,5%). A 290 millions de dollars (+81,43%), le cash-flow opérationnel avant les éléments exceptionnels (Rebitda) a lui aussi battu le précédent record, tandis que le bénéfice net corrigé augmentait de 98,9%, à 182,6 millions, soit 0,96 dollar par action (consensus: 0,94 dollar). Sur six mois, le Rebitda s'établit à 552,7 millions de dollars (+57,6%) et le bénéfice net corrigé, à 343,5 millions (+70,9%), soit 1,8 dollar par action (+69,8%). La production prévisionnelle de l'exercice avait été portée à 580.000-615.000 onces d'équivalent or (+30.000 onces) après l'annonce de la transaction avec Vale. Lors de la publication des semestriels, le bas de cette fourchette a été relevé à 590.000 onces. La contribution de Tasiast (Mauritanie) et de Hemlo (Canada) devrait ralentir après l'été. La remontée inattendue des prix de l'énergie a permis de faire passer les résultats prévisionnels du segment pétrole et gaz de 115-135 millions à 155-170 millions de dollars. De nouveaux contrats de royalties et de streaming, d'un montant de plus de 850 millions de dollars, ont déjà été annoncés cette année. FNV, qui n'est pas endettée, n'en disposait pas moins, au 30 juin, de 1,4 milliard de dollars, qu'elle pourra consacrer à de nouveaux contrats. Le cash-flow disponible atteint 1 milliard de dollars par an. L'objectif reste de réaliser 80% au moins des revenus dans les métaux précieux, à quoi s'ajouteront, en fonction des opportunités, des projets de qualité dans les métaux de base.L'action est une des rares dans le secteur des métaux précieux à s'échanger 10% à peine sous son sommet historique: FNV prouve une nouvelle fois sa capacité à exceller, quelle que soit la conjoncture. Malgré sa valorisation tendue, le titre reste une valeur sûre au sein du portefeuille modèle. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 146,22 dollarsTicker: FNV USCode ISIN: CA3518581051Marché: NYSECapit. boursière: 27,9 milliards USDC/B 2020: 54C/B attendu 2021: 40Perf. cours sur 12 mois: -1,5%Perf. cours depuis le 01/01: +17%Rendement du dividende: 0,8%