Le spécialiste canadien des royalties et du streaming de métaux précieux Franco-Nevada (FNV) était à la fête, dernièrement: il a célébré le 10e anniversaire de sa cotation à la Bourse de Toronto (2007), et a pulvérisé son record de production, notamment. Au 4e trimestre, la production du groupe fut légèrement inférieure aux attentes, à 119.839 onces d'équivalents or, contre 123.787 onces au trimestre précédent et 121.910 onces au dernier trimestre de 2016. Le cash-flow d'exploitation récurrent (Rebitda) ne s'est dès lors élevé qu'à 128 millions de dollars, alors que le consensus s'était établi à 135 millions. En base annuelle cependant, la production a progressé de 7,2%, à un record de 497.745 onces d'équivalents or, un chiffre tout proche du haut de la fourchette prévisionnelle (de 470.000 à 500.000 onces). Par comparaison...

Le spécialiste canadien des royalties et du streaming de métaux précieux Franco-Nevada (FNV) était à la fête, dernièrement: il a célébré le 10e anniversaire de sa cotation à la Bourse de Toronto (2007), et a pulvérisé son record de production, notamment. Au 4e trimestre, la production du groupe fut légèrement inférieure aux attentes, à 119.839 onces d'équivalents or, contre 123.787 onces au trimestre précédent et 121.910 onces au dernier trimestre de 2016. Le cash-flow d'exploitation récurrent (Rebitda) ne s'est dès lors élevé qu'à 128 millions de dollars, alors que le consensus s'était établi à 135 millions. En base annuelle cependant, la production a progressé de 7,2%, à un record de 497.745 onces d'équivalents or, un chiffre tout proche du haut de la fourchette prévisionnelle (de 470.000 à 500.000 onces). Par comparaison, en 2011, FNV avait livré 240.000 onces. Les perspectives de production, prudentes, de la direction pour l'exercice courant, ont toutefois déçu le marché: entre 460.000 et 490.000 onces d'équivalents or, ce qui signifierait un recul en rythme annuel. Cela dit, cette projection ne tient pas compte d'une possible première contribution à la production, fin 2018, de Cobre Panama, la mine de cuivre gigantesque de First Quantum Minerals, avec lequel elle avait conclu un accord de streaming. A partir de 2019, la mine assurera pour sûr un surcroît de croissance. Ces derniers mois, FNV a relevé en deux étapes sa participation dans la production de métaux précieux provenant de Cobre Panama, de 80 à 100%. Dans ce cadre, FNV déboursera encore 356 millions de dollars ce mois-ci. En conséquence, le groupe a relevé ses perspectives de production à plus long terme, à une fourchette de 510.000 à 540.000 onces d'équivalents or en 2021 et de 560.000 à 590.000 onces à l'horizon 2022. Sans aucun doute, FNV signera encore de nouvelles transactions. Les revenus de royalties pétrolières et gazières ont atteint 47 millions de dollars l'an dernier, un niveau plus élevé qu'attendu (entre 35 et 45 millions). En 2016, le chiffre d'affaires (CA) dans ce segment s'élevait encore à 30,1 millions. Cette année, il devrait s'établir entre 50 et 60 millions de dollars. Les projections à plus long terme ont été revues à la hausse: le CA de 2021 sera situé entre 55 et 65 millions de dollars, et celui de 2022, entre 80 et 90 millions. Selon la direction, les récentes transactions portant sur les royalties pétrolières et gazières devraient rapporter au groupe, à long terme, cinq à sept fois son investissement. Au cours des 18derniers mois, FNV a investi 430 millions de dollars. Cette année, il entend investir au moins 500 millions. En 2017, le CA du groupe s'est accru de 10,6%, à 675 millions de dollars, un niveau record, et le Rebitda a progressé de 5,5%, à 516,1 millions ou, par action, de 2,79 à 2,82 dollars, un nouveau record. Le bénéfice net récurrent s'est hissé lui aussi à un niveau record, 198,3 millions de dollars (+20,6%), ou, par action, de 0,94 à 1,08 dollar. Comme chaque année, le dividende trimestriel devrait être revu à la hausse, et passera probablement de 0,23 0,24 dollar par action. Cette année, si les cours des métaux précieux demeurent constants et que les redevances perçues sur le pétrole et le gaz restent stables, voire augmentent, le CA total devrait au moins égaler celui de l'an dernier. L'Ebitda devrait connaître une évolution plus favorable encore, puisque l'on s'attend à des revenus de royalties supérieurs à ceux qui seront issus du streaming.L'action s'est moins bien comportée ces dernières semaines. Mais sur le long terme, la surperformance de son cours par rapport au prix de l'or et au cours des actions aurifères est impressionnante. Nous conservons le titre en portefeuille modèle. Pour les investisseurs qui n'en détiennent pas, le récent recul du cours constitue une opportunité d'achat pour le long terme.Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 90,92 dollars (CAD)Ticker : FNV CNCode ISIN : CA3518581051Marché : TorontoCapit. boursière : 16,8 milliards CADC/B 2017 : 64C/B attendu 2018 : 61Perf. cours sur 12 mois : +4 %Perf. cours depuis le 01/01 : -10 %Rendement du dividende : 1,3 %