Si Melexis n'a pas échappé au mini-krach de la semaine dernière, la publication de ses résultats annuels a réveillé l'optimisme dont il est l'objet depuis plusieurs mois. Le dollar avait brièvement gâché le tableau à la fin du troisième trimestre, incitant la direction du groupe à annoncer que les résultats annuels se situeraient dans le bas de la fourchette des prévisions. La faiblesse du billet vert a pesé sur les chiffres du quatrième trimestre également - rappelons que Melexis réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires (CA) outre-Atlantique. Ce qui n'a pas empêché les résultats de se révéler conformes aux prévisions.
...

Si Melexis n'a pas échappé au mini-krach de la semaine dernière, la publication de ses résultats annuels a réveillé l'optimisme dont il est l'objet depuis plusieurs mois. Le dollar avait brièvement gâché le tableau à la fin du troisième trimestre, incitant la direction du groupe à annoncer que les résultats annuels se situeraient dans le bas de la fourchette des prévisions. La faiblesse du billet vert a pesé sur les chiffres du quatrième trimestre également - rappelons que Melexis réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires (CA) outre-Atlantique. Ce qui n'a pas empêché les résultats de se révéler conformes aux prévisions. Le CA a augmenté au quatrième trimestre de 11%, à 132,7 millions d'euros. La dépréciation du dollar a pesé à concurrence de 4% sur le résultat mais le bénéfice d'exploitation (Ebit) a bondi de 22%, à 36 millions d'euros, dépassant les attentes du plus grand nombre d'analystes (32 millions d'euros). Le producteur de semi-conducteurs a achevé l'exercice 2017 sur un CA qui a franchi pour la première fois le cap des 500 millions d'euros (+12%, à 511,7 millions d'euros). L'Ebit a grimpé de 16% et la direction compte distribuer pour 111 millions d'euros (2,75 euros par action) de dividendes, soit 15% de plus qu'en 2016. La place que l'entreprise belge occupe dans plusieurs segments de produits destinés aux équipementiers automobiles lui assure une croissance deux fois plus rapide que celle de la moyenne du marché. Melexis est particulièrement performant au niveau des capteurs, un secteur dont il occupe la quatrième place. Chaque voiture nouvellement construite contient en moyenne une dizaine de capteurs qui portent sa marque. L'engouement pour la voiture hybride et la voiture électrique, qui utilisent davantage de capteurs que l'automobile traditionnelle, est une bénédiction pour le groupe. Après plusieurs années de vaches grasses, la croissance des ventes automobiles sur ses principaux marchés de débouchés a ralenti l'an dernier. Ainsi le marché chinois a-t-il évolué de 3% à peine; aux Etats-Unis, le marché s'est même contracté (-1,8%) pour la première fois en sept ans. Le marché européen, lui, a achevé l'exercice sur une hausse de 3,4% encore. Melexis prévoit de clore le premier trimestre de 2018 sur un CA de 140 millions d'euros, et l'exercice sur une augmentation de 12 à 15% de son CA (compte tenu d'un rapport euro/dollar de 1,23; à cours de change constant, l'accroissement serait de 16 à 19%). A 45 et 25% respectivement, la marge brute et la marge d'Ebit prévisionnelles n'évoluent pas par rapport à 2017 (46 et 26% respectivement). Melexis a en tout état de cause confiance en l'avenir, ce qu'illustrent ses investissements, d'un montant total de 135 millions d'euros - il agrandit un site dédié aux tests de semi-conducteurs en Bulgarie et installe en France, à proximité immédiate de son fournisseur X-Fab, une toute nouvelle usine, de tests elle aussi. Il paie en dividende un peu plus de 75% de son bénéfice; à l'acompte sur dividende de 1,3 euro par action versé en octobre viendra donc s'ajouter fin avril le solde de 0,8 euro.Les excellents résultats annuels et la perspective d'une persistance de la croissance en 2018 ont porté l'action à un nouveau niveau record. Le titre est certes onéreux mais la combinaison d'une croissance vigoureuse et d'un dividende bien supérieur aux taux longs ne se rencontre pas tous les jours. Voilà une action à conserver. Conseil : conserver/attendreRisque : faibleRating : 2ACours : 88,4 EURTicker : MELE BBCode ISIN : BE0165385973Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 3,57 milliards eurosC/B 2017 : 32,1C/B attendu 2018 : 29,5Perf. cours sur 12 mois : +19,4 %Perf. cours depuis le 01/01 : +6 %Rendement du dividende : 2,4 %