ForFarmers a clos un exercice exécrable. En 2021 en effet, seul son chiffre d'affaires (CA) a progressé, à 2,67 milliards d'euros (+13,5% sur un an, mais +8,4% sans les acquisitions récentes). Le bénéfice brut a stagné, le bénéfice opérationnel (Ebit) a baissé d'un tiers, à 41 millions d'euros, le cash-flow opérationnel (Ebitda) s'est tassé de 19%, à 78 millions d'euros, et le bénéfice net a reculé de près de 40%, à 29 millions d'euros.
...

ForFarmers a clos un exercice exécrable. En 2021 en effet, seul son chiffre d'affaires (CA) a progressé, à 2,67 milliards d'euros (+13,5% sur un an, mais +8,4% sans les acquisitions récentes). Le bénéfice brut a stagné, le bénéfice opérationnel (Ebit) a baissé d'un tiers, à 41 millions d'euros, le cash-flow opérationnel (Ebitda) s'est tassé de 19%, à 78 millions d'euros, et le bénéfice net a reculé de près de 40%, à 29 millions d'euros. A l'instar du secteur, le groupe voit ses marges, déjà faibles, s'éroder encore. La marge d'Ebitda est passée de 4,1% à 2,9%, la marge d'Ebit, de 2,6% à 1,5%. ForFarmers pâtit de la hausse des coûts des matières premières et plus encore, de ceux de l'énergie, qu'il ne peut répercuter rapidement sur les clients. Le groupe a déjà relevé ses tarifs, mais les prix ont encore augmenté depuis, si bien que la pression sur les marges reste forte. La direction a averti d'un recul "significatif" de l'Ebitda au premier semestre de 2022.A ces nouvelles, les investisseurs ont sanctionné le titre, et l'ont fait revenir à des planchers historiques. Entré en Bourse en 2016 au prix de 7 euros, il était monté à 12 euros. Il s'échange désormais à 3,6 euros à peine. Fin 2021, la direction a lancé un programme de rachats d'actions de 50 millions d'euros pour 2022 et 2023. Cette annonce n'avait pas déstabilisé le cours. Tout cela ne devrait néanmoins pas faire oublier que ForFarmers affiche une bonne santé financière. Le ratio d'endettement (dette financière nette/Ebitda) est loin d'être excessif, à 0,9. En outre, l'avenir ne s'annonce pas mauvais pour le groupe: la volaille, devenue l'espèce prédominante au sein de son portefeuille, présente les meilleures perspectives de croissance, et les cours de la viande bovine et des produits laitiers sont soutenus. Le secteur de la viande porcine est en revanche toujours en surcapacité. Par ailleurs, ForFarmers entend continuer d'acquérir de petits acteurs sur ses cinq marchés - les Pays-Bas, la Belgique, l'Allemagne, la Pologne et le Royaume-Uni (ces deux derniers étant les plus intéressants). La hausse des cours de l'énergie et la pression que subit le secteur agricole perturbent naturellement les plans. La direction a ainsi fait savoir que l'expansion du groupe sur deux nouveaux pays présentant un potentiel de croissance n'est plus au rang de ses priorités; la stratégie de croissance (Build To Grow) définie en 2020 sera réévaluée en 2025. Et telle sera la mission du nouveau CEO, à nommer encore - Yoram Knoop, qui a annoncé en décembre son départ, assumera sa fonction jusque fin avril. La direction vise toujours un Ebitda compris entre 125 et 135 millions d'euros à l'horizon 2025. C'est assurément moins grâce à une croissance organique ou une réduction des coûts que par des acquisitions que l'objectif sera atteint. Malgré le plongeon des bénéfices, la direction propose à l'assemblée générale un dividende identique (0,29 euro) à celui de l'année dernière. Ce qui porte le rendement du dividende brut à 8%.ForFarmers fait face à des difficultés depuis trois ans (gestion contestée de l'azote, crise sanitaire, envol des cours des matières premières et de l'énergie). Dans ce contexte, l'action se négocie à ses plus bas. Elle se redressera lorsque la pression sur les prix s'atténuera. En attendant, pour en soutenir le cours, le groupe est en mesure de procéder à des acquisitions, de racheter ses propres actions et de verser un dividende élevé. C'est pourquoi notre conseil demeure positif.Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 3,65 eurosTicker: FFARM NACode ISIN: NL0011832811Marché: Euronext AmsterdamCapit. boursière: 350 millions EURC/B 2021: 31C/B attendu 2022: 21Perf. cours sur 12 mois: -36%Perf. cours depuis le 01/01: -12%Rendement du dividende: 8%