Misant sur une longue période de hausse des prix de l'uranium, nous vous avions présenté Fission Uranium il y a un an. Patterson Lake South (PLS), une zone de 31.039 hectares (ha) située dans le bassin de l'Athabasca, dans la province minière du Saskatchewan (Canada), est le principal projet de cette société d'exploration. Depuis sa découverte en 2012, ce territoire, baptisé gisement Triple R, a fait l'objet de forages à cinq endroits. Triple R est le plus grand projet non développé dont les riches minerais sont enfouis 50 mètres à peine sous la surface de la terre. Arrow (Nexgen Energy) et Wheeler River (Denison Mines) sont deux grands projets non encore développés du Saskatchewan eux aussi, mais leurs gisements sont plus profonds.
...

Misant sur une longue période de hausse des prix de l'uranium, nous vous avions présenté Fission Uranium il y a un an. Patterson Lake South (PLS), une zone de 31.039 hectares (ha) située dans le bassin de l'Athabasca, dans la province minière du Saskatchewan (Canada), est le principal projet de cette société d'exploration. Depuis sa découverte en 2012, ce territoire, baptisé gisement Triple R, a fait l'objet de forages à cinq endroits. Triple R est le plus grand projet non développé dont les riches minerais sont enfouis 50 mètres à peine sous la surface de la terre. Arrow (Nexgen Energy) et Wheeler River (Denison Mines) sont deux grands projets non encore développés du Saskatchewan eux aussi, mais leurs gisements sont plus profonds.Le géologue Ross McElroy remplace depuis l'été Dev Randhawa à la tête du groupe. Directeur d'exploitation durant de longues années, Ross McElroy avait été étroitement impliqué dans quatre découvertes majeures, dont celle de PLS. La société de financement spécialisée Sprott a accordé en avril à Fission une ligne de crédit de 10 millions de dollars américains (USD). Ross McElroy a profité de la hausse du cours de l'action pour procéder à deux augmentations de capital: il a levé 17 millions de dollars canadiens (CAD) par l'émission, en novembre, de 62,1 millions d'actions à 0,275 CAD l'unité, et 7 millions en décembre (17,1 millions d'actions, au prix unitaire de 0,41 dollar). Un demi-warrant a par ailleurs été émis pour chaque nouvelle action, un warrant étant convertible dans les deux ans à 0,41 et 0,50 dollar respectivement. Avec le produit prévisionnel total, de 40 millions CAD, Fission financera l'étude de faisabilité définitive au cours des deux ans qui viennent (27 millions), ainsi qu'un programme de forage en 2021 (12 millions). Le processus de demande d'autorisation environnementale et de consultation des communautés locales se poursuit; l'étude environnementale sera prête en 2023 et l'ensemble du processus réglementaire et environnemental, en 2026. La décision finale de construire une mine souterraine complète - ce qui, d'après l'étude de faisabilité la plus récente (2019), prendra trois ans et coûtera 1,18 milliard CAD -, sera alors arrêtée. Si l'on s'en tient aux deux zones découvertes seulement sur les cinq, la production totale sur sept ans devrait atteindre 78,7 millions de livres, avec une teneur en minerai de 1,61%, ce qui est élevé, pour un coût d'exploitation qui ne dépasserait pas 9,57 CAD par livre d'uranium. L'étude de faisabilité misait sur un cours de 50 USD la livre, alors que le prix spot actuel est de 30 USD. Pour passer d'une société d'exploration à une société de développement, Fission a fait appel aux spécialistes Marc Wittrup (40 ans d'expérience) et Gary Haywood (ex-Cameco). Notons encore qu'en 2016, le chinois CGN Mining avait payé 82 millions CAD pour acquérir une participation de 19,9% (réduite à 16,7% par les récentes émissions) et s'était engagé à acheter 20%, voire 35%, de la production future.Le changement de CEO et la hausse du prix de l'uranium en 2020 ont permis à Fission de passer à la vitesse supérieure. Le développement va exiger du temps, mais le marché haussier n'en est qu'à ses débuts. Sur la base de la valeur de l'entreprise (EV) par livre de matière première d'uranium, Fission est valorisée à 60% et 35% respectivement de moins que Nexgen Energy et Denison Mines. La forte volatilité est un inconvénient, mais les fondamentaux se sont renforcés l'an passé. Armez-vous de patience et n'actez pas trop rapidement vos bénéfices. Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 0,40 dollar canadienTicker: FCU CNCode ISIN: CA33812R1091Marché: TorontoCapit. boursière: 231 millions CADC/B 2019: -C/B attendu 2020: -Perf. cours sur 12 mois: +38%Perf. cours depuis le 01/01: +5%Rendement du dividende: -