Les investisseurs s'étaient déjà plus ou moins faits à l'idée qu'en l'absence de grands événements sportifs, les années impaires, comme 2017, seraient décevantes: le numéro 1 de la production de matériel et de logiciels destinés au traitement d'images professionnelles pour l'industrie télévisée ne peut en effet, faute de rencontres extraordinaires, tirer profit de la location exceptionnelle de matériel. Reste qu'il pourrait bien clore l'exercice 2018 (année paire) sur des résultats en baisse également. L'entreprise liégeoise pronostique que le chiffre d'affaires (CA) se situera entre 115 et 130 millions d'euros (118,8 millions d'euros en 2017). Or jusqu'à présent, les années paires avaient été nettement meilleures que les autres, sur les plans du CA et...