Fagron achève un exercice 2019 dynamique, avec cinq acquisitions au 1er semestre, dont la plus importante, en mai, a été le rachat du mexicain Cedrosa pour 16,5 millions d'euros (+ jusqu'à 5,2 millions de participation bénéficiaire ). En 2018, Cedrosa a réalisé un chiffre d'affaires (CA) de 22,5 millions d'euros et une marge opérationnelle de 14,5 %, moins que la moyenne du groupe en Amérique latine (20,8 %). Trois rachats plus modestes ont ensuite eu lieu au Brésil, pour un CA conjoint de 9,9 millions d'euros et une marge d'Ebitda de 7,4%. Enfin, Dr Kulich Pharma a été racheté en République tchèque (5,1 millions d'euros de CA et une marge d'Ebitda de 17,8%, contre 26,7% pour Fagron en Europe en 2018).
...

Fagron achève un exercice 2019 dynamique, avec cinq acquisitions au 1er semestre, dont la plus importante, en mai, a été le rachat du mexicain Cedrosa pour 16,5 millions d'euros (+ jusqu'à 5,2 millions de participation bénéficiaire ). En 2018, Cedrosa a réalisé un chiffre d'affaires (CA) de 22,5 millions d'euros et une marge opérationnelle de 14,5 %, moins que la moyenne du groupe en Amérique latine (20,8 %). Trois rachats plus modestes ont ensuite eu lieu au Brésil, pour un CA conjoint de 9,9 millions d'euros et une marge d'Ebitda de 7,4%. Enfin, Dr Kulich Pharma a été racheté en République tchèque (5,1 millions d'euros de CA et une marge d'Ebitda de 17,8%, contre 26,7% pour Fagron en Europe en 2018). Cet été, le fonds d'investissement néerlandais Waterland en Baltisse a vendu ses 30,2% dans Fagron, à 16,2 euros par action. Le groupe a converti sa facilité de crédit existante de 325 millions d'euros en une nouvelle ligne de 375 millions d'euros sur cinq ans à de meilleures conditions. Son endettement ultra-inquiétant de 2016 n'est plus qu'un mauvais souvenir depuis la conclusion d'un accord, à l'automne, avec le ministère américain de la Justice dans un dossier d'ententes tarifaires et le versement de 22,3 millions de dollars. Un règlement a aussi été trouvé avec l'ancien propriétaire d'AnazaoHealth. A l'automne, le plus petit département du groupe, HL Technology (composants orthopédiques de précision), a été repris par la direction pour 5,2 millions d'euros. La sortie de Waterland en Baltisse a temporairement ralenti l'évolution du cours, mais l'annonce d'un excellent 3e trimestre (marqué par une croissance organique de 12,4%) a fait grimper l'action de plus de 35% dès début novembre. Le rebond a été brusquement interrompu par un rapport annuel un peu décevant. Fagron a en effet réalisé un CA de 534,7 millions d'euros, en hausse de 13,4% (+13,8 % hors HL Technology), dont 8,3% de croissance organique, et un Rebitda de 117 millions d'euros (+9,9%), alors que le consensus tablait sur 540 millions d'euros pour le premier et 117,3 millions pour le second. Aux Pays-Bas, la croissance du 4e trimestre fut plus lente que prévu après l'optimisation d'une usine de préparations stériles. Le CA européen a augmenté de 2,8%, à 257 millions d'euros (+1,9% en termes organiques). Le Rebitda a augmenté de 0,6%, à 67,1 millions d'euros, et la marge s'est effritée de 60 points de base, à 26,1%. En Amérique latine, le CA a augmenté de 22,4%, à 125,6 millions d'euros (+7,7% en termes organiques et +10,4% à cours de change constants), tandis que la marge de Rebitda s'est érodée de 60 points de base, à 20,2%, après l'intégration d'acquisitions à marge bénéficiaire plus faible.Aux Etats-Unis, le 4e trimestre a légèrement déçu en raison du ralentissement, temporaire, de l'usine ultramoderne de Wichita. Le CA y a augmenté de 28,6%, à 145,9 millions d'euros. Le Rebitda a gagné 32,6%, à 23,5 millions d'euros, et la marge de Rebitda s'est améliorée de 50 points de base, à 16,1%. Le bénéfice net récurrent a gagné 18,6%, à 58,1 millions d'euros ou 0,81 euro par action. Le dividende brut a été relevé de 0,12 à 0,15 euro par action. Après le précédent rebond, le recul de plus de 11% enregistré par le titre Fagron depuis la publication des résultats annuels est bienvenu. A 20,6 fois le bénéfice attendu pour 2020 et avec une valeur d'entreprise correspondant à 13,1 fois l'Ebitda escompté pour 2020, la valorisation est tendue mais acceptable pour ce profil de croissance.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 20,5 eurosTicker: FAGR BBCode ISIN: BE0003874915 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,48 milliard EURC/B 2019: 27,4C/B attendu 2020: 20,6Perf. cours sur 12 mois: +21%Perf. cours depuis le 01/01: +4,5%Rendement du dividende: 0,7%