De la mise à jour relative au 3e trimestre, retenons surtout l'annonce selon laquelle Rafael Padilla se charge, depuis le 1er septembre, de la région Europe, Afrique du Sud et Israël. Le CEO montre ainsi sa volonté de prendre à bras-le-corps le retard accusé par l'Europe sur l'Amérique sur les plans de la croissance organique (hors acquisitions et cessions) et des perspectives.
...

De la mise à jour relative au 3e trimestre, retenons surtout l'annonce selon laquelle Rafael Padilla se charge, depuis le 1er septembre, de la région Europe, Afrique du Sud et Israël. Le CEO montre ainsi sa volonté de prendre à bras-le-corps le retard accusé par l'Europe sur l'Amérique sur les plans de la croissance organique (hors acquisitions et cessions) et des perspectives.Ce ralentissement d'un marché européen saturé, alors que le Brésil et le Mexique affichent une dynamique de croissance (grâce à l'acquisition de Cedrosa l'an passé) et les Etats-Unis, un potentiel marqué, est logique. Mais Rafael Padilla entend bien régler certains problèmes structurels européens en adoptant le modèle brésilien, éprouvé. Il va mettre l'accent sur l'innovation, l'accélération du développement et du déploiement des nouveaux produits, une spécialisation plus intense et une organisation rationalisée et consolidée, pour mieux exploiter les économies d'échelle. Le groupe achève le 3e trimestre sur un chiffre d'affaires (CA) de 135,1 millions d'euros (-0,4% en glissement annuel; consensus: 133,9 millions). Le CA organique cède 2,8%, le CA total hors effets de change augmente de 10,7% (+8,2% en termes organiques, hors effets de change). Les ventes se sont accélérées en neuf mois de 7%, à 413,8 millions d'euros (dont 1% en termes organiques), et de 14,2% hors effets de change (+7,6% en termes organiques, effets de change inclus). Elles signent une croissance organique de 7,2% effets de change compris, et de 14% hors effets de change. C'est donc l'affaiblissement du real brésilien et du dollar américain qui a coûté 11,4 millions et 2,1 millions d'euros de CA respectivement au 3e trimestre. Le CA latino-américain recule de 10,5%, à 32,5 millions d'euros, mais il s'accroît hors effets de change de 23,9%. La croissance organique est passée à 23,4% depuis le 1er semestre (+15,3% après neuf mois). Aux Etats-Unis, le CA a augmenté de 1,5%, à 38,5 millions d'euros (+9,9% en neuf mois), et de 6,6% hors effets de change (+10%). Le CA de Compounding se tasse de 2%, à l'avantage des matières premières pharmaceutiques (Essentials) et des marques (Brands), qui assurent désormais 44,4% du CA. Bien que Fagron compte toujours réaliser 100 millions de dollars de CA à Wichita, son fer de lance, d'ici à 2022, il est clair que la pandémie pèse sur sa croissance. En Europe, le CA a grimpé de 4,5%, à 64,1 millions d'euros (+6,1%, à 201,6 millions, en neuf mois), dont +0,2% de croissance organique à cours de change constants (+2,6% en trois trimestres). Compounding ne s'est que partiellement remis de l'interruption des soins non urgents. L'acquisition de Pharma Tamar a été signée en août; fournisseur verticalement intégré des pharmacies et hôpitaux israéliens, Tamar a été le distributeur de Fagron pendant des années. Il a clos l'exercice 2019 sur un CA de 8,1 millions d'euros, pour une marge d'Ebitda (cash-flow opérationnel/CA) de 10%. Fagron se donne quelques années pour porter cette marge à la moyenne du groupe (22%). Jusque-là en hausse, l'action a chuté de 10% après la mise à jour trimestrielle, quelque peu décevante. La demande accrue de produits liés au Covid-19 rend le groupe tout à fait capable d'absorber le choc dû au report des soins non urgents. A 23,1 fois le bénéfice et une valeur de l'entreprise (EV) de 14,3 fois le cash-flow opérationnel prévus pour 2020, la valorisation nous semble correcte. Nous visons toujours un repli du titre vers 18 euros pour en conseiller l'achat. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 20,10 eurosTicker: FAGR BBCode ISIN: BE0003874915 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,45 milliard EURC/B 2019: 27C/B attendu 2020: 23Perf. cours sur 12 mois: +17%Perf. cours depuis le 01/01: +5%Rendement du dividende: 0,4%