Fagron a publié des chiffres conformes aux prévisions pour le premier semestre. Son chiffre d'affaires (CA) a progressé de 10,6%, à 255,4 millions d'euros, légèrement plus qu'attendu (254,1 millions). A cours de change constants, la croissance atteint 9,8%. La croissance organique avant reprises et investissements atteint pour sa part 7,2%, mais 6,6% si l'on exclut l'effet de change; elle a été légèrement inférieure sur le deuxième trimestre puisque sur le premier, elle s'est établie à 7,1% à cours de change constants.
...

Fagron a publié des chiffres conformes aux prévisions pour le premier semestre. Son chiffre d'affaires (CA) a progressé de 10,6%, à 255,4 millions d'euros, légèrement plus qu'attendu (254,1 millions). A cours de change constants, la croissance atteint 9,8%. La croissance organique avant reprises et investissements atteint pour sa part 7,2%, mais 6,6% si l'on exclut l'effet de change; elle a été légèrement inférieure sur le deuxième trimestre puisque sur le premier, elle s'est établie à 7,1% à cours de change constants. La croissance du CA a été légèrement plus lente qu'attendu en Amérique du Nord et latine, mais supérieure aux attentes en Europe (+0,9%, à 128,7 millions d'euros; croissance organique à cours de change constants: +1,2 %; en glissement trimestriel, elle est restée stable, à 63,5 millions d'euros). En raison de la rénovation d'un site de préparation néerlandais, Fagron a été privé de deux millions d'euros de CA au premier semestre. La part des marques dans le CA est passée de 10,6% l'an dernier à 12,7% grâce au lancement du nouveau département Fagron Genomics. Le cash-flow d'exploitation récurrent (Rebitda) européen a augmenté de 0,5%, à 34,6 millions d'euros, mais la marge de Rebitda a baissé de 10 points de base, à 26,9%. En Amérique latine, la croissance du CA est de 7,2%, à 52,4 millions d'euros (croissance organique à cours de change constants: +9,7%); le Rebitda a augmenté de 2,2%, à 10,4 millions; et la marge de Rebitda s'est contractée de 20,8 à 19,8%. En Amérique du Nord, la progression du CA a été vigoureuse: +37,5%, à 69,9 millions d'euros (+28,3% à cours de change constants). Compte non tenu de l'entreprise Humco, acquise l'an dernier, la croissance organique a atteint 24,6% dans cette région (+16,4% à cours de change constants). Le site flambant neuf de Wichita a réalisé une croissance légèrement inférieure aux prévisions (+32,6% à cours de change constants), mais n'en atteindra pas moins l'objectif de 100 millions d'euros de CA d'ici à 2022. Le Rebitda y a augmenté de 41,3%, à 9,8 millions d'euros, ce qui s'est traduit par une hausse modeste de la marge de Rebitda, de 13,6 à 14%. Au niveau du groupe, le bénéfice net récurrent a bondi de 42,6%, à 26,8 millions d'euros. Mais si l'on y inclut les éléments exceptionnels - la constitution d'une provision supplémentaire de 13,8 millions d'euros pour un accord à l'amiable conclu par Fagron en juin (coût total 22,3 millions de dollars) avec le ministère américain de la Justice dans le cadre d'une affaire de présomption d'entente sur les prix aux Etats-Unis -, le bénéfice net s'est tassé de 31,1%, à 12,9 millions d'euros.Le groupe entend doper encore sa croissance. En mai, il avait annoncé son entrée sur le prometteur marché mexicain: il a mis sur la table 16,5 millions d'euros (sans compter les participations bénéficiaires) pour acquérir l'entreprise Cedrosa. En marge de la publication de ses résultats semestriels, Fagron a fait part de quatre autres acquisitions, pour un montant total de 10,6 millions d'euros: les entreprises brésiliennes Levviale, Apace et Ortofarma, ainsi que le numéro 2 du secteur sur le marché tchèque (Fagron y est le numéro 1), Dr Kulich Pharma. Début juillet, le marché s'était ému de la vente de 10 % des actions Fagron en circulation par l'actionnaire de référence du groupe, WPEF VI Holdo III, un consortium formé par le fonds d'investissement néerlandais Waterland et Filiep Balcaen. L'opération a été conclue au prix de 16,2 euros l'action (réduction de 10%). Le consortium détient encore 21,08% de Fagron. Le rapport semestriel a rassuré les investisseurs. L'action vaut cependant toujours bien moins qu'avant la cession de 10% du flottant de Fagron. Le marché craint de nouvelles ventes. Cela dit, Marc Coucke, qui détient 15% de Fagron, a récemment étoffé quelque peu sa position. La valeur de l'entreprise correspondant actuellement à 12 fois l'Ebitda attendu pour 2019, un ratio tout à fait correct, nous ne réintégrons pas encore l'action dans le portefeuille modèle. Conseil: conserver/attendre Risque: moyenRating: 2BCours: 16,40 eurosTicker: FAGR BBCode ISIN: BE0003874915 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,18 milliard EURC/B 2018: 25,4C/B attendu 2019: 22,1Perf. cours sur 12 mois: +0,5%Perf. cours depuis le 01/01: +15%Rendement du dividende: 0,7%