L'action Facebook a atteint un nouveau sommet en mai après la publication de résultats supérieurs aux attentes au premier trimestre. Elle a abandonné environ 8% depuis, ce qui reste très peu par rapport aux autres actions du secteur. L'entreprise de réseaux sociaux compte 1,65milliard d'utilisateurs actifs chaque mois, et même 1,09milliard d'utilisateurs qui se connectent chaque jour. Environ un sixième d'entre eux se trouvent en Amérique du Nord, et près d'un quart en Europe. Ce groupe constitue un gigantesque potentiel pour les publicités ciblées. Actuellement, le réseau social est la seule activité bénéficiaire de Facebook. Parmi les autres plateforme...

L'action Facebook a atteint un nouveau sommet en mai après la publication de résultats supérieurs aux attentes au premier trimestre. Elle a abandonné environ 8% depuis, ce qui reste très peu par rapport aux autres actions du secteur. L'entreprise de réseaux sociaux compte 1,65milliard d'utilisateurs actifs chaque mois, et même 1,09milliard d'utilisateurs qui se connectent chaque jour. Environ un sixième d'entre eux se trouvent en Amérique du Nord, et près d'un quart en Europe. Ce groupe constitue un gigantesque potentiel pour les publicités ciblées. Actuellement, le réseau social est la seule activité bénéficiaire de Facebook. Parmi les autres plateformes appartenant à Facebook, citons notamment WhatsApp (1milliard d'utilisateurs), Messenger (900millions d'utilisateurs) et Instagram (500millions d'utilisateurs). Cette dernière plateforme, qui permet de partager des photos en ligne, doit générer à court terme jusqu'à 15% des revenus publicitaires du groupe. Facebook gagne lentement mais sûrement du terrain sur Google, le leader de marché, et détient actuellement environ 12% du marché mondial de la publicité en ligne. Google reste hors d'atteinte avec 31%. Facebook a vu son chiffre d'affaires (CA) augmenter de plus de moitié à 5,3milliards USD au 1ertrimestre. Les cash-flows libres s'élevaient à 1,85milliard USD, et Facebook a enregistré un bénéfice net de 1,51milliard USD. Les analystes tablent en moyenne sur un CA de 26,1milliards USD en 2016, en hausse de 40% par rapport à l'an dernier. La nouvelle structure actionnariale permettra au directeur et fondateur Marc Zuckerberg de conserver plus aisément le contrôle de l'entreprise. Comme Bill Gates avec Microsoft, Zuckerberg a annoncé qu'il souhaite s'investir davantage dans le caritatif, et compte faire don d'une partie de ses actions à cette fin. Le CEO garde les rênes de son groupe et pourra continuer à dicter l'orientation technologique et commerciale de Facebook, mais les projets caritatifs accapareront au moins une partie de son temps et de son attention. Cela pourrait avoir un impact négatif sur les activités opérationnelles de Facebook. Concrètement, il existe à présent des actions A assorties d'un droit de vote, mais aussi des actions B dont un seul exemplaire représente dix droits de vote. Cette dernière catégorie est réservée à un groupe sélect d'actionnaires. Facebook procédera également à l'émission de deux nouvelles actions de classe C sous la forme d'un dividende pour chaque action de classe A ou B. Le nombre d'actions en circulation va donc tripler. Nuance importante: les actions C ne sont assorties d'aucun droit de vote. Elles seront donc cotées sous un ticker différent. La valeur économique de chaque action reste cependant identique. Alphabet (ex-Google) avait déjà adopté une structure actionnariale similaire en 2014. ConclusionFacebook est une success-story à long terme dans un contexte d'expansion constante du marché de la publicité en ligne. À court terme, le regain de forme du dollar (USD) et le climat boursier général incitent toutefois à la prudence. À plus de 30fois les bénéfices attendus et 12fois le chiffre d'affaires de l'exercice en cours, l'action est particulièrement chère. Vendre en vue d'une opportunité d'entrée plus favorable. Conseil : vendreRisque : élevéRating : 3C