Les différentes plateformes de Facebook restent très attractives pour les annonceurs en ligne, à telle enseigne que le groupe a pu dépasser les attentes au 2e trimestre aussi. Son chiffre d'affaires (CA) a atteint 29,08 milliards de dollars (+ 11,1% sur un trimestre, +55,6% sur un an), surpassant largement le consensus (27,9 milliards). Les Etats-Unis et le Canada génèrent ensemble 47% du CA, suivis en cela par l'Europe (25%) et l'Asie (17,8%). Le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens de Facebook s'est accru de 1,6%, à près de 1,91 milliard, sur le trimestre. Il reste stable en Amérique du Nord, mais recule pour la première fois en Europe.
...

Les différentes plateformes de Facebook restent très attractives pour les annonceurs en ligne, à telle enseigne que le groupe a pu dépasser les attentes au 2e trimestre aussi. Son chiffre d'affaires (CA) a atteint 29,08 milliards de dollars (+ 11,1% sur un trimestre, +55,6% sur un an), surpassant largement le consensus (27,9 milliards). Les Etats-Unis et le Canada génèrent ensemble 47% du CA, suivis en cela par l'Europe (25%) et l'Asie (17,8%). Le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens de Facebook s'est accru de 1,6%, à près de 1,91 milliard, sur le trimestre. Il reste stable en Amérique du Nord, mais recule pour la première fois en Europe. Facebook caracole toujours en tête en Amérique du Nord; avec 295 millions d'utilisateurs actifs chaque mois, il est loin devant Snap (95 millions), Pinterest (91 millions) et Twitter (37 millions). Les utilisateurs nord-américains génèrent en moyenne 53,01 dollars de CA par personne, les européens, 17,2 dollars et les asiatiques, 4,16 dollars; la moyenne du groupe (10,12 dollars) est en hausse de 9,2% sur le semestre. La marge opérationnelle s'est établie à 43%, contre 32% en 2020 (consensus: 37,6%). Le bénéfice net a doublé sur un an et avoisine 10,4 milliards de dollars, soit un bénéfice par action de 3,61 dollars, contre 1,8 dollar en 2020 (consensus: 3 dollars). Facebook a averti qu'après la forte hausse des trimestres précédents, la croissance, au 2e semestre, sera moins robuste. Le réseau social subira aussi l'effet de la sortie de l'iOS 14.5 chez Apple et des modifications législatives en matière de protection de la vie privée (moins de publicité ciblée). Mark Zuckerberg, son CEO, entend préparer Facebook au métavers, que l'on peut définir comme un univers virtuel dans lequel les utilisateurs peuvent interagir, mais aussi acquérir des biens, se rendre à des concerts ou à des fêtes et revêtir différents vêtements. L'idée n'est pas neuve (le jeu Second Life existait dès 2003, et Fortnite est aujourd'hui en plein essor), mais jusqu'à récemment, la technologie ne suivait pas; l'amélioration des écrans, capteurs, caméras, lunettes de réalité virtuelle et batteries permet désormais sa concrétisation. Facebook, qui mise énormément sur le métavers, entend bien transposer la fonction sociale de ses plateformes à cet univers parallèle, notamment en y incluant l'apprentissage automatique et l'intelligence artificielle. Il fabrique déjà ses propres semi-conducteurs pour des applications spécifiques, par exemple pour améliorer la qualité des flux en direct sur ses plateformes. Le métavers exigera de lourds investissements, lesquels seront toutefois étalés dans le temps.L'entreprise de Mark Zuckerberg a dégagé un cash-flow disponible de 8,5 milliards de dollars au 2e trimestre, ce qui porte le total pour le semestre à 16,3 milliards de dollars; un chiffre de 35 milliards de dollars est envisageable pour l'exercice. Fin juin, les liquidités disponibles totalisaient 64,1 milliards de dollars.Facebook est bien parti pour augmenter de 40% son CA et son bénéfice cette année. Un fort ralentissement est attendu en 2022 mais compte tenu de la taille de l'entreprise, un taux de croissance de 20% demeure très respectable. Le titre se négocie à 25 fois le bénéfice et 8,5 fois le CA escomptés. Ce n'est pas bon marché, mais raisonnable, vu la croissance, à plus forte raison par rapport à certaines autres sociétés technologiques. Le secteur serait toutefois très vulnérable en cas de correction généralisée des marchés boursiers. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 357,48 dollarsMarché: NasdaqCode ISIN: US30303M1027Ticker: FB USCapit. boursière: 1.008 milliards USDC/B 2020: 35C/B attendu 2021: 25Perf. cours sur 12 mois: +44%Perf. cours depuis le 01/01: +31%Rendement du dividende: -