Avec un bénéfice net sous-jacent de 23,5 milliards USD au premier semestre 2014, Exmar affiche de belles performances. L'essentiel de ses bénéfices provient toujours du transport de LNG et LPG, même si Exmar abandonne peu à peu son rôle d'armateur au profit de celui de prestataire de services logistiques pour l'industrie du gaz naturel. Le rêve, à terme, est de rendre superflus les coûteux terminaux terrestres et de raccourcir la chaîne logistique au réseau gaz naturel-navire (Exmar). En 2005, Exmar a été l'un des premiers à développer des gaziers capables de regazéifier le gaz naturel liquide à bord. A présent, Exmar fait à nouveau office de pionnier avec la ...

Avec un bénéfice net sous-jacent de 23,5 milliards USD au premier semestre 2014, Exmar affiche de belles performances. L'essentiel de ses bénéfices provient toujours du transport de LNG et LPG, même si Exmar abandonne peu à peu son rôle d'armateur au profit de celui de prestataire de services logistiques pour l'industrie du gaz naturel. Le rêve, à terme, est de rendre superflus les coûteux terminaux terrestres et de raccourcir la chaîne logistique au réseau gaz naturel-navire (Exmar). En 2005, Exmar a été l'un des premiers à développer des gaziers capables de regazéifier le gaz naturel liquide à bord. A présent, Exmar fait à nouveau office de pionnier avec la construction d'un navire à même de liquéfier le gaz naturel à bord, ce qui est beaucoup plus complexe d'un point de vue technique. Exmar construit un premier projet pour Pacific Rubiales, dont l'installation devrait être terminée à la fin de l'an prochain. Un deuxième projet est développé en Colombie britannique. Entre-temps, les résultats doivent provenir principalement du transport de gaz naturel en mer. La flotte LNG s'est montrée assez performante et les perspectives restent favorables. La flotte LPG profite elle aussi des conditions de marché favorables, même si le bénéfice opérationnel de 32,8 millions USD est imputable pour 22,3 millions USD à des plus-values sur la vente d'un certain nombre de transporteurs de LPG. C'est la raison pour laquelle le bénéfice net de 51,7 millions USD au 1er semestre de cette année retombe à 23,5 millions USD (soit 0,4 USD par action) sur base récurrente (hors éléments uniques). Ces plus-values sont le fruit d'un bon sens du timing. Exmar a commandé 12 nouveaux navires en 2012, dont les deux premiers ont déjà été livrés. Le timing était favorable, car le prix des navires a entre-temps augmenté de 20%. Les bonnes conditions de marché permettent à Exmar de vendre ses navires plus anciens, les "vintage ladies", avec une belle plus-value. Mais ce marché lucratif relance aussi les investissements dans de nouveaux navires, d'autant que les investisseurs, en cette période de taux bas, sont friands d'options plus rentables. Une dynamique qui a fait exploser le marché des navires depuis 2008, mais l'augmentation des capacités pourrait mettre le marché du transport sous pression au cours des prochaines années. Outre les activités dans le LNG et le LPG, Exmar dispose d'une division offshore qui fournit des services pour l'exploration de pétrole et de gaz. Dans ce segment, Exmar a fait honneur à son rôle de pionnier avec la construction d'une plateforme de production submersible Opti-Ex. Après un début difficile, celle-ci tourne à présent à plein régime avec une contribution de 2 millions USD au 1er semestre de l'année. Des discussions sont également en cours pour la construction d'autres installations de production semblables.ConclusionLa rentabilité sous-jacente d'Exmar peut être estimée à environ 0,7 USD par action pour 2014, ce qui donne une valorisation assez élevée avec un rapport cours/bénéfice de 22. Les investisseurs tiennent déjà compte de l'augmentation significative de la rentabilité qui doit provenir de nouveaux projets. De plus, le maintien des tarifs historiques n'est pas garanti à moyen terme. Nous nous contentons dès lors d'un avis "conserver".Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B