Le spécialiste du transport de gaz liquéfiés crée ces derniers temps plus de valeur par la vente que par la création d'activités. Son directeur Nicolas Saverys a longtemps pu soutenir le cours de Bourse en promettant qu'un bénéfice supplémentaire proviendrait de nouveaux projets, mais la non-réalisation de cash-flows frais a finalement amputé le cours ces deux dernières années. Le climat d'investissement difficile sur le marché pétrolier et gazier est une circonstance atténuante, mais la peau de l'ours a été vendue plusieurs fois avant de l'avoir tué. Par ailleurs, l'activité clé (le transport de GNL et GPL) a également souffert, en raison de la baisse des tarifs consécutive à une surcapacité accrue. Si au premier semest...