Pour l'armateur anversois, 2014 restera marqué par l'énorme bond en avant réalisé à la suite de l'achat opportuniste de 15 pétroliers VLCC (Very Large Crude Carriers d'une capacité maximale de 320.000 tonnes) à Maersk. La Lloyd's List, la revue qui fait autorité dans le monde du transport maritime, a d'ailleurs qualifié l'acquisition de "transaction de l'année". Après un nouvel achat de 4 VLCC à Maersk en juin, Euronav a accédé au top mondial absolu parmi les amateurs de pétroliers avec 29 VLCC. L'entreprise dispose également d'un U(ltra)LCC (capacité de 441.000 tonnes), de 22 Suezmax (capacité maximale de 200.000 tonnes) et de deux plateformes de stoc...

Pour l'armateur anversois, 2014 restera marqué par l'énorme bond en avant réalisé à la suite de l'achat opportuniste de 15 pétroliers VLCC (Very Large Crude Carriers d'une capacité maximale de 320.000 tonnes) à Maersk. La Lloyd's List, la revue qui fait autorité dans le monde du transport maritime, a d'ailleurs qualifié l'acquisition de "transaction de l'année". Après un nouvel achat de 4 VLCC à Maersk en juin, Euronav a accédé au top mondial absolu parmi les amateurs de pétroliers avec 29 VLCC. L'entreprise dispose également d'un U(ltra)LCC (capacité de 441.000 tonnes), de 22 Suezmax (capacité maximale de 200.000 tonnes) et de deux plateformes de stockage flottantes (FSO). La direction est convaincue que le secteur a dépassé son creux cyclique à la fois en termes de tarifs de transport et de valeurs des navires. Pour 2015, l'Agence internationale de l'énergie (IEA) prévoit une hausse de la demande de pétrole de 1,2%, à 93,3 millions de barils par jour. Pour Euronav, l'énorme baisse du cours du pétrole ces derniers mois n'est pas uniquement une bénédiction en raison de l'effet positif qu'on peut en attendre sur la demande, mais aussi pour ses propres frais de carburant. La demande de pétroliers est en outre soutenue par la révolution du gaz et du pétrole de schiste aux Etats-Unis. La production pétrolière d'Amérique latine et d'Afrique de l'Ouest prend ainsi de plus en plus la direction de l'Asie, ce qui allonge les routes maritimes. De plus et pour la première fois depuis 2003, la flotte mondiale de VLCC et de Suezmax n'augmente plus. Le carnet de commandes de nouveaux navires se trouve en outre à son plus bas niveau depuis 1997, et l'on table ainsi sur une nouvelle croissance nulle de la flotte mondiale en 2015. Dans ces conditions, les analystes prévoient une augmentation des tarifs de transport des VLCC de 35% à 35.000 USD par jour, contre un montant estimé de 25.800 USD en 2014 et 16.207 USD en 2013. Pour les navires Suezmax, on escompte un tarif journalier moyen de 27.500 USD (+22% par rapport à 2014). La forte demande saisonnière de pétrole engendre traditionnellement un excellent quatrième trimestre. A la mi-octobre, Euronav a signalé que 30,8% de la capacité des VLCC avait été réservée à un tarif moyen de 32.750 USD par jour pour le 4e trimestre (25.000 USD au 3e trimestre). Les chiffres relatifs aux navires Suezmax sont moins favorables: 19.000 USD par jour, contre 22.750 USD au 3e trimestre. En octobre 2014, le pool Tankers International (TI) - par le biais duquel Euronav loue ses VLCC sur le marché spot - a annoncé la création de la joint-venture VLCC Chartering Ltd. Il y regroupera les VLCC de TI et de l'armateur norvégien Frontline en vue d'améliorer l'efficacité opérationnelle. Euronav attend une amélioration du climat boursier pour demander une cotation sur le New York Stock Exchange. ConclusionL'action Euronav a déjà gagné 40% depuis que nous avons porté notre note à digne d'achat en octobre dernier. A court terme, une consolidation semble probable. Mais nous restons positif à un peu plus longue échéance parce que l'armateur est parfaitement positionné pour profiter d'un rebond du marché des pétroliers, les acquisitions de l'an dernier lui ayant conféré une nouvelle dimension. Conseil: digne d'achatRisque: élevéRating: 1C