5,32 EUR - 1C ↑ Digne d'achat à titre spéculatif
...

5,32 EUR - 1C ↑ Digne d'achat à titre spéculatifComme chacun le sait, le secteur des navires pétroliers traverse une mauvaise passe. Cela dit, cet élément est déjà intégré dans les cours, ce qui nous incite à nous concentrer plutôt sur la recherche d'éléments positifs. Or l'annonce des résultats du 3etrimestre du concurrent norvégien Frontline est l'un de ces éléments positifs. Pas tant les chiffres en soi que les perspectives pour le dernier trimestre 2013. Le marché des grands pétroliers (les Very Large Crude Carriers ou VLCC) montre assurément des signes d'embellie, sans qu'il faille encore espérer un rétablissement rapide de l'équilibre de marché. Trop de pétroliers ont été mis en circulation ces dernières années, qui avaient été commandés "à la belle époque", mais la demande est désormais inexistante ou rare. Ce déséquilibre pourrait être gommé par la mise à la casse des pétroliers plus anciens, mais ceci est impossible ou en tout cas pas dans une mesure suffisante. Ces dernières années, de trop nombreux jours ont été marqués par un loyer inférieur à 10.000 à 15.000 USD pour les grands pétroliers. Or un loyer journalier de minimum 20.000 à 25.000 USD est nécessaire pour que les meilleurs acteurs du secteur réalisent un bénéfice. Ces dernières semaines, les tarifs augmentent sur plusieurs lignes (en moyenne vers 40.000 USD par jour), ce qui améliore les perspectives pour le 4etrimestre. Qui plus est, il y a quelques semaines, Euronav a vendu le VLCC Ardenne Venture (50/50 joint-venture avec Wah Kwong) pour 41,7 millions USD. Ce qui ne lui a pas seulement assuré 2,2 millions USD de plus-value, mais prouve également que les tarifs des pétroliers ne suivent plus une tendance baissière. Au 1er trimestre, le tarif moyen s'élevait encore à 21.000 USD par jour, mais aux 2e et 3e trimestres, il est retombé à 14.200 USD et 14.000 USD par jour respectivement. Le chiffre d'affaires (CA) du 3etrimestre est ressorti à 93,5 millions USD, soit 5,5% de moins qu'au 2e trimestre. Compte tenu d'un résultat financier largement négatif, la perte nette s'est alourdie : de -10,7 millions USD (-0,21 USD par action) pour le 1er trimestre, à -30,7 millions USD (soit -0,61 USD par action) au 2etrimestre, et elle n'a pas beaucoup évolué au 3etrimestre, à -27,1 millions USD ou par action, -0,54 USD. Ajoutons à cela que les deux superpétroliers transformés en plateformes de stockage de pétrole flottantes, FSO Africa et FSO Asia, loués à Maersk Oil Qatar, ont contribué à hauteur de près de 7 millions USD au résultat net. L'activité à proprement parler a donc plongé à 34 millions USD dans le rouge. Après neuf mois, le CA s'élève donc à 296,1 millions USD (325,6 millions USD à la même période l'an dernier), -21 millions USD d'EBIT (contre -7,9 millions USD), -66,4 millions USD de résultat net ou -1,33 USD par action (contre -54,9 millions USD ou -1,10 USD par action). Lors de l'annonce des résultats du 3etrimestre, Euronav avait couvert quelque 41% de la flotte de VLCC à un tarif moyen de 15.000 USD par jour. Comme annoncé, nous prévoyons que la flotte sera louée à des tarifs bien plus élevés pour le reste du trimestre. La Chine importe actuellement plus de pétrole que les USA, ce qui implique que le pétrole léger d'Afrique occidentale soit davantage transporté vers la Chine que vers les Etats-Unis, ce qui se traduit par un allongement des trajets.Le problème de base reste une suroffre de navires, mais au moins la situation semble s'améliorer quelque peu. Les tarifs sont en hausse depuis quelques semaines et le cours de Frontline a rebondi de plus de 25% en à peine deux jours après l'annonce de perspectives plus réjouissantes pour le trimestre courant. Nous constatons aussi que les prix des pétroliers sortent de leur plancher. C'est pourquoi nous relevons notre conseil à " digne d'achat " (rating 1C), car un mouvement de rattrapage sur la hausse de Frontline est vraisemblable. La valeur est cependant réservée aux investisseurs conscients des risques !