L'armateur pétrolier belge Euronav a publié des résultats supérieurs aux attentes pour le 1er trimestre. Tant pour les grands navires (VLCC, jusqu'à 320.000 tonnes) que pour les "petits" Suezmax, les tarifs spot ont mieux résisté que prévu à la livraison de 28 nouveaux VLCC et aux quotas de production imposés fin 2018. Le tarif de location journalier moyen des VLCC s'élevait à 35.195 dollars, près du double de celui du 1er trimestre 2018 (18.725 dollars), contre 34.959 dollars au 4e trimestre. La moyenne pour les Suezmax s'établit à 27.380 dollars par jour (14.000 dollars au 1er trimestre, 20.553 dollars au 4e trimestre 2018). Le transport à long terme (environ 20% de la flotte) a connu un trimestre mitigé: baisse de 34.000 à 27.630 dollars par jour pour le...

L'armateur pétrolier belge Euronav a publié des résultats supérieurs aux attentes pour le 1er trimestre. Tant pour les grands navires (VLCC, jusqu'à 320.000 tonnes) que pour les "petits" Suezmax, les tarifs spot ont mieux résisté que prévu à la livraison de 28 nouveaux VLCC et aux quotas de production imposés fin 2018. Le tarif de location journalier moyen des VLCC s'élevait à 35.195 dollars, près du double de celui du 1er trimestre 2018 (18.725 dollars), contre 34.959 dollars au 4e trimestre. La moyenne pour les Suezmax s'établit à 27.380 dollars par jour (14.000 dollars au 1er trimestre, 20.553 dollars au 4e trimestre 2018). Le transport à long terme (environ 20% de la flotte) a connu un trimestre mitigé: baisse de 34.000 à 27.630 dollars par jour pour les VLCC (31.797 dollars au 4e trimestre), hausse de 23.850 à 32.680 dollars par jour (mais 40.256 dollars au 4e trimestre) pour les Suezmax. Combiné à l'expansion de la flotte consécutive à la fusion avec Gener8 en 2018, ce redressement des tarifs a permis au groupe de doubler largement son chiffre d'affaires, de 98,1 à 232,6 millions de dollars (236,1 millions au 4e trimestre). Le cash-flow opérationnel (Ebitda) a bondi de 25,7 à 126 millions de dollars (102,3 millions au 4e trimestre). Le résultat net s'est amélioré, passant de -39,1 millions de dollars l'an dernier à +19,5 millions, soit 0,09 dollar par action. Depuis la mise en place du programme de rachats d'actions propres en décembre 2018, Euronav a racheté 20 millions de titres. Le dividende de clôture s'élèvera à 0,06 dollar, ce qui porte le dividende annuel au minimum prévu de 0,12 dollar. En l'absence de nouvelle construction de navire, la trésorerie a grossi de 119 à 785 millions de dollars sur le trimestre écoulé. L'actuel directeur financier et futur directeur général Hugo De Stoop a clairement indiqué qu'en cas de nouvelle amélioration des résultats, Euronav accroîtrait le dividende et rachèterait éventuellement encore des actions propres. Si les prévisions pour le 2e trimestre paraissent moins favorables, l'optimisme reste de mise pour le 2e semestre. Pour l'heure, 53,5% de la capacité des VLCC et 49,3% de la capacité des Suezmax sont déjà réservés pour le 2e trimestre, à respectivement 26.450 et 18.000 dollars par jour. La demande de nouveaux pétroliers va diminuer et des capacités vont disparaître: le marché se prépare à l'entrée en vigueur d'une nouvelle réglementation (IMO 2020) sur les émissions de soufre en zones maritimes, l'Iran va réduire sa flotte et de vieux navires vont être mis au rebut. L'augmentation attendue de la demande de pétrole (+1,4 million de barils par jour) est supérieure à la moyenne à long terme (1,1 million de barils). En outre, les prix des pétroliers neufs et d'occasion - historiquement déterminants pour le cours - sont en hausse. La fusion avec Gener8 a donc été opportune. La nette hausse des exportations de pétrole brut américain (+30% au premier trimestre; triplement attendu d'ici à 2022), qui rime avec l'allongement des parcours des tankers, soutient structurellement le marché.Le titre Euronav a gagné 36% depuis début janvier; nous abaissons dès lors sa note à "conserver" et allégeons encore notre position dans le portefeuille modèle. Si le 2e trimestre est traditionnellement plus faible, le 2e semestre semble prometteur, puisque, entre autres, les armateurs vont se préparer à la norme IMO2020. Euronav est parfaitement positionné pour profiter d'un redressement du marché. Nous espérons pouvoir racheter les actions à un cours moindre.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 8,47 eurosTicker: EURN BBCode ISIN: BE0003816338Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,86 milliard EURC/B 2018: -C/B attendu 2019: 53Perf. cours sur 12 mois: +23%Perf. cours depuis le 01/01: +36%Rendement du dividende: 1,2%