La suroffre de 30 à 40 millions de barils par jour - pour une consommation normale d'environ 100 millions de barils par jour - a entraîné, ces deux derniers mois, une demande inédite pour du stockage de pétrole. Les capacités de stockage sur la terre ferme sont totalement exploitées, et depuis début avril, 125 VLCC (Very Large Crude Carriers, navires d'une capacité de 320.000 tonnes) et 61 Suezmax (150.000-165.000 tonnes), soit 15% de la flotte mondiale, sont loués à des fins de stockage. Le tarif journalier moyen des VLCC s'élevait à 72.750 dollars, celui des Suezmax à 59.250 dollars, contre respectivement 35.195 dollars et 27.380 dollars au premier trimestre de 2019.
...

La suroffre de 30 à 40 millions de barils par jour - pour une consommation normale d'environ 100 millions de barils par jour - a entraîné, ces deux derniers mois, une demande inédite pour du stockage de pétrole. Les capacités de stockage sur la terre ferme sont totalement exploitées, et depuis début avril, 125 VLCC (Very Large Crude Carriers, navires d'une capacité de 320.000 tonnes) et 61 Suezmax (150.000-165.000 tonnes), soit 15% de la flotte mondiale, sont loués à des fins de stockage. Le tarif journalier moyen des VLCC s'élevait à 72.750 dollars, celui des Suezmax à 59.250 dollars, contre respectivement 35.195 dollars et 27.380 dollars au premier trimestre de 2019. Le chiffre d'affaires d'Euronav a bondi de 79,1%, à 416,7 millions de dollars. Les coûts sont restés stables ou ont légèrement diminué, ce qui a permis une explosion du bénéfice net, de 19,5 à 225,6 millions de dollars, ou de 0,09 à 1,05 dollar par action. Sur la base de la nouvelle politique de dividende, qui vise à reverser aux actionnaires chaque trimestre 80% du bénéfice net (hors plus ou moins-values non récurrentes), Euronav versera le 26 juin un dividende brut de 0,81 dollar par action (date ex-dividende: le 15 juin). Avec le dividende final de 0,29 dollar par action au titre de l'exercice 2019, versé le 9 juin (date ex-dividende: le 28 mai), et au cours actuel, le rendement brut s'élève à pas moins de 11%. Et le deuxième trimestre s'annonce encore meilleur, car 71% de la capacité disponible des VLCC est réservée à 95.000 dollars par jour, et 47% de la capacité des Suezmax à 65.400 dollars par jour. A titre de comparaison, les chiffres du deuxième trimestre de 2019 étaient respectivement de 26.450 dollars et 18.000 dollars par jour. Pour chaque hausse tarifaire de 5.000 dollars par jour, le résultat net augmente de 108 millions de dollars par an. Hugo De Stoop, le CEO, a manifesté son insatisfaction face à l'évolution du cours de l'action; il est donc possible que la distribution des bénéfices du deuxième trimestre se fasse partiellement grâce à un rachat d'actions propres (à concurrence de 10% des actions en circulation). Au premier trimestre, l'endettement net a diminué de plus de 100 millions de dollars, à 1,2 milliard de dollars, soit un taux d'endettement relativement prudent de 42% (l'entreprise s'est fixé un maximum de 50%). Euronav poursuit activement le renouvellement de sa flotte: depuis le 1er janvier, quatre navires ont été vendus au-dessus du prix de marché et quatre nouveaux navires (déjà en construction) ont été achetés sous le prix du marché. La grande inconnue reste la vitesse de la fonte des immenses stocks d'or noir. Pour Euronav, le scénario le plus probable est celui d'une normalisation graduelle sur les 12 prochains mois. Les prix de location des navires devraient ensuite être sous pression, mais il convient aussi de souligner que la flotte mondiale est vieillissante; l'âge moyen des bâtiments est le plus élevé depuis 2002. Début 2021, 26% des VLCC auront plus de 15 ans - un seuil à partir duquel les frais d'entretien obligatoires augmentent fortement. En outre, le carnet de commandes a diminué à 7% de la flotte mondiale, son plus bas niveau depuis 1997. Le marché n'a que timidement salué les chiffres meilleurs que prévu présentés par Euronav pour le premier trimestre et les excellentes perspectives pour le deuxième trimestre - de quoi contrarier le CEO, qui entend bien assurer un plancher à l'action, même s'il faut pour cela recourir au rachat d'actions. Malgré la forte volatilité du titre, nous conservons notre position résiduelle dans le portefeuille modèle. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 9,20 eurosTicker: EURN BBCode ISIN: BE0003816338 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 2,02 milliards EURC/B 2019: 23C/B attendu 2020: 3Perf. cours sur 12 mois: +11%Perf. cours depuis le 01/01: -16%Rendement du dividende: 11%