Essilor est une action "value" de qualité, que nous vous avions présentée en novembre dernier (IB n°46/2016). Ce géant en acquiert un autre, le plus grand concurrent dans l'industrie optique, connu mondialement pour les paires Ray-Ban, notamment : le groupe italien Luxottica. Une merveilleuse nouvelle. Le plus grand producteur fusionne ainsi avec le plus grand distributeur.
...

Essilor est une action "value" de qualité, que nous vous avions présentée en novembre dernier (IB n°46/2016). Ce géant en acquiert un autre, le plus grand concurrent dans l'industrie optique, connu mondialement pour les paires Ray-Ban, notamment : le groupe italien Luxottica. Une merveilleuse nouvelle. Le plus grand producteur fusionne ainsi avec le plus grand distributeur. Par titre Luxottica, les actionnaires reçoivent 0,461 action Essilor. Âgé aujourd'hui de 81 ans, le fondateur, actuel CEO et premier actionnaire de Luxottica (62% des actions par le biais de Delfin Investment Company) Leonardo Del Vecchio n'a désormais plus à se préoccuper de la recherche d'un successeur. Il deviendra co-CEO aux côtés de Hubert Sagnières, l'actuel président d'Essilor, âgé de 61 ans. M. Del Vecchio deviendra, avec les 31% du capital qu'il détiendra, le principal actionnaire d'EssilorLuxottica. La nouvelle entité produira un chiffre d'affaires (CA) annuel de plus de 15 milliards d'euros et deviendra un acteur dominant, avec 27,2% de parts de marché. Les autorités de la concurrence doivent encore donner leur feu vert à ce rapprochement. Les deux acteurs se complètent parfaitement. Essilor est le leader mondial des verres correcteurs (88% du CA du groupe sur les 9 premiers mois de l'année dernière), avec des marques à rayonnement mondial comme Crizal, Varilux ou Transitions. Le solde de son CA provient des lunettes de soleil et accessoires. Luxottica s'orientait quant à elle davantage vers la production de lentilles alors qu'elle était traditionnellement plus active dans les montures de lunettes de soleil, avec notamment Ray-Ban, Oakley et la chaîne de détail Sunglass Hut. La réaction de marché à l'annonce fut très positive. La fusion entre Essel et Silor, qui a donné naissance à Essilor, remonte déjà à plus de 40 années. Sa croissance soutenue a rapidement permis à l'entreprise une intégration au sein du CAC 40, puis, en juin 2012, dans l'Eurostoxx 50. En 2016, Essilor est parvenue à verser, pour la 24e année consécutive, un dividende supérieur à l'année précédente. L'entreprise place depuis toujours sa passion _ son moteur _, l'innovation, au coeur de sa stratégie. Elle fait en outre figure de consolidateur dans une industrie très fragmentée. La fusion/acquisition de Luxottica ne fait que le confirmer. Sur les neuf premiers mois de 2016, Essilor a conclu 16 contrats _ acquisitions et partenariats _, pour près de 205 millions d'euros de chiffre d'affaires supplémentaire. Au troisième trimestre, les pays émergents s'adjugeaient 19% du CA dans les lentilles. Pourtant, l'action a reculé en 2016 car la direction du groupe a abaissé les prévisions de croissance du CA (hors acquisitions et désinvestissements), à 3,5%, contre 4,5% précédemment, compte tenu d'un ralentissement aux États-Unis (son premier marché; 41% du CA). ConclusionEssilorLuxottica sera un acteur de premier plan et de qualité. Cela n'a pas échappé au marché, qui a réagi très positivement à l'annonce. Ces actions ne sont généralement pas bon marché, mais après le récent repli d'Essilor, nous voulions relever notre conseil. L'actualité nous a hélas devancés. Nous allons donc attendre le déroulement de la fusion.Conseil : conserver/attendreRisque : faibleRating : 2ADevise : euro (EUR)Marché : ParisCapitalisation boursière : 25,5 milliards EURC/B attendu 2016 : 31C/B attendu 2017 : 29,5Perf. cours sur 12 mois : +7,5%Perf. cours depuis le 01/01 : +8,0%Rendement du dividende : 0,9%