Effondrement des cours du pétrole et du gaz, correction du marché du GNL, faiblesse des prix de l'électricité en Europe et problèmes constants avec les centrales nucléaires belges: 2015 fut une année perdue pour le groupe français de services d'utilité publique Engie (nouveau nom de GDF Suez). Son chiffre d'affaires (CA) a baissé de 6%, ses cash-flows opérationnels (EBITDA) de 7% et son bénéfice net récurrent de 5%. Engie est pris en étau entre une suroffre sur le marché pétrolier qui pèse sur les prix du pétrole et du gaz et la percée des énergies renouvelables. Le développement de la capacité de production d'électricité verte, rendu possible par des subventions toujours aussi géné...