La patience des investisseurs est enfin récompensée: le chiffre d'affaires du fabricant de lingerie est en hausse. Cette remontée offre à l'action une bouffée d'oxygène dont elle avait bien besoin. Le chiffre d'affaires à périmètre comparable s'est accru de 16,5% depuis le mois de janvier. C'est d'autant plus enthousiasmant que certains des marchés de débouchés de Van de Velde ont été frappés par de très longs confinements ou, à tout le moins, par de longues restrictions de fréquentation. Les conséquences des mesures sanitaires ont même été plus dramatiques encore qu'au premier semestre de 2020; la reprise des ventes de lingerie est donc un signal très encourageant. Compte tenu des incertitudes dont faisaient l'objet, au printemps encore, les aut...

La patience des investisseurs est enfin récompensée: le chiffre d'affaires du fabricant de lingerie est en hausse. Cette remontée offre à l'action une bouffée d'oxygène dont elle avait bien besoin. Le chiffre d'affaires à périmètre comparable s'est accru de 16,5% depuis le mois de janvier. C'est d'autant plus enthousiasmant que certains des marchés de débouchés de Van de Velde ont été frappés par de très longs confinements ou, à tout le moins, par de longues restrictions de fréquentation. Les conséquences des mesures sanitaires ont même été plus dramatiques encore qu'au premier semestre de 2020; la reprise des ventes de lingerie est donc un signal très encourageant. Compte tenu des incertitudes dont faisaient l'objet, au printemps encore, les autorisations de voyage, et des stocks importants dont disposaient les magasins, la mode balnéaire n'a malheureusement pas profité de cette belle reprise. La direction estime que le chiffre d'affaires va continuer à grimper au second semestre. Le retard accusé par le balnéaire, principalement, l'empêchera de renouer dès cette année avec les niveaux atteints en 2019, mais les bases d'une croissance régulière sont désormais jetées - à condition, bien sûr, que le virus ne vienne pas à nouveau gâcher le tableau. Pour Marleen Vaesen, la CEO du groupe, la reprise des ventes prouve qu'une vision stratégique fondée sur la commercialisation de marques fortes et sur l'entretien d'excellentes relations avec les détaillants est judicieuse. L'entreprise a considérablement amélioré ses relations avec les détaillants, qui génèrent la majeure partie de son chiffre d'affaires, ces dernières années. Elle les aide à déployer une désormais incontournable stratégie numérique; elle les a également soutenus pendant les confinements, en reportant par exemple les livraisons et donc, la facturation. La confiance retrouvée explique l'amélioration des résultats et constitue une base sur laquelle elle va pouvoir capitaliser, estime encore la CEO. Pour poursuivre l'expansion de son réseau et accroître sa part de marché, Van de Velde lorgne désormais du côté de l'Allemagne. Les ventes, dans les boutiques du groupe, sont orientées à la hausse elles aussi. Notons que l'entreprise conserve trois magasins américains qui, tous, contribuent au résultat.Le redressement du chiffre d'affaires s'est accompagné d'une nette amélioration de la rentabilité, que le groupe doit à une maîtrise des coûts retrouvée. Les cours des matières premières accusent une hausse, qui est toutefois légère et supportable. Le cash-flow opérationnel à périmètre comparable s'est envolé de 30,6%, ce qui a fait passer le bénéfice net de 5 millions à 18,2 millions d'euros, soit 1,38 euro par action. La trésorerie atteint désormais 53 millions d'euros: le bilan est donc excellent. Le programme de rachats d'actions achevé ce mois-ci n'a pas pour l'instant de successeur. L'amélioration des résultats et la robustesse de la trésorerie offrent des perspectives d'augmentation du dividende.Le chiffre d'affaires s'améliore enfin. La confirmation de son accélération pourrait provoquer une appréciation de l'action. Les investisseurs paient 12 fois environ le bénéfice escompté pour l'exercice, alors que la crise sanitaire pèse toujours sur les résultats. Tout porte donc à croire que le chiffre d'affaires et le bénéfice vont rester orientés à la hausse. Simultanément, le cours conserve un certain potentiel de redressement. Nous maintenons par conséquent notre recommandation d'achat. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 26,3 eurosTicker: VAN:BBCode ISIN: BE0003839561Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 347 millions EURC/B 2020: 20C/B attendu 2021: 12Perf. cours sur 12 mois: +23%Perf. cours depuis le 01/01: +14%Rendement du dividende: 3,8%