Une performance en Belgique, mais un repli du bénéfice en Allemagne: voici le constat étonnant que l'on peut établir à la lecture des résultats du premier semestre de l'année. Ces dernières années, c'est la filiale allemande 50Hertz qui avait soutenu le bénéfice. En Belgique, le gestionnaire du réseau haute tension a été confronté à une baisse des taux publics, une variable importante dans le calcul du bénéfice d'Elia, mais l'activité belge a pu soutenir les autres divisions cette fois, grâce à un cadre tarifaire plus avantageux. En Allemagne, comme prévu, les frais d'entretien et d'amortissement plus élevés que prévu ont érodé la rentabilité. En définitive, le bénéfice net est comparab...