Elia a acquis fin mars une participation supplémentaire de 20% dans le groupe 50Hertz pour 976,5 millions d'euros. Ce prix valorise le gestionnaire allemand de réseaux de transmission à 4,9 milliards d'euros, ou à non moins de 27 fois le bénéfice net de 180 millions d'euros dégagé par 50Hertz l'an dernier.
...

Elia a acquis fin mars une participation supplémentaire de 20% dans le groupe 50Hertz pour 976,5 millions d'euros. Ce prix valorise le gestionnaire allemand de réseaux de transmission à 4,9 milliards d'euros, ou à non moins de 27 fois le bénéfice net de 180 millions d'euros dégagé par 50Hertz l'an dernier.50Hertz est une valeur de croissance. Ces dernières années, son bénéfice a augmenté en moyenne de 13%, et il est appelé à croître encore. Elia a exercé son droit de préemption sur 20% du capital de 50Hertz, qu'il a rachetés à son coactionnaire IFM Investors, un fonds d'infrastructure australien, portant ainsi sa participation dans le groupe allemand à 80%. IFM avait aussi reçu une offre particulièrement généreuse de l'entreprise d'Etat chinoise State Grid, mais Elia était disposé à s'aligner sur leur prix. Alors qu'en 2010, Elia avait acquis 60% du capital de 50Hertz pour 486 millions d'euros, cette fois, le groupe paie deux fois plus pour 20%. Elia achète de la sorte aussi du goodwill à l'Etat allemand, qui préfère du reste éviter l'entrée d'actionnaires chinois au sein d'une activité aussi stratégique que la gestion de réseaux.Si nous valorisons Elia Transmission, la branche belge du groupe, à 27 fois son bénéfice net de 108 millions d'euros, sa capitalisation boursière s'élève à 2,9 milliards d'euros. Quant à la capitalisation boursière totale d'Elia (80% de 50Hertz, soit 4 milliards d'euros, plus 100% d'Elia Transmission, soit 2,9 milliards d'euros, moins 976,5 millions d'euros pour l'achat de 20% de 50Hertz), elle atteint alors environ six milliards d'euros, contre environ trois milliards d'euros à l'heure actuelle. L'action Elia recèle en conséquence encore une valeur potentielle, malgré le prix élevé que le groupe a payé pour augmenter sa participation dans 50Hertz. La capitalisation boursière actuelle valorise Elia à un rapport cours/bénéfice (C/B) de 13, ce qui est faible pour une entreprise dont le profil de risque est bas et la croissance du bénéfice constante. Les résultats de 2017 sont éloquents: l'an dernier, le bénéfice net comparable s'est accru de 29%, à 216,6 millions d'euros ou 3,76 euros par action, ce qui a incité la direction à verser un dividende de 1,62 euro brut, dont le rendement s'établit à 3,4%.Elia Transmission comme 50Hertz ont fait état de très bons résultats 2017. En Belgique, le bénéfice net comparable a augmenté de 8,8%, notamment grâce aux investissements constants du groupe dans le réseau à haute tension. Plus Elia investit, plus l'organe de contrôle l'autorise à réaliser de bénéfice. Le taux directeur belge a un rôle déterminant dans le calcul du bénéfice d'Elia Transmission. S'il est élevé, le bénéfice augmente. Les investisseurs sont donc protégés contre une hausse des taux. Chez 50Hertz, le bénéfice a progressé l'an dernier de 58% ! En Allemagne, la même dynamique est à l'oeuvre. Plus 50Hertz investit, plus il peut réaliser de bénéfice. La croissance phénoménale du bénéfice enregistrée en 2017 n'est pas tenable, mais ce dernier sera soutenu par le programme d'investissements. Au cours des cinq prochaines années, Elia investira respectivement 2,3 et 3,3 milliards d'euros en Belgique et en Allemagne. Ses atouts sont rares: une valorisation raisonnable (C/B de 13), un profil de risque faible et un bénéfice promis à une belle croissance. C'est pourquoi ce titre défensif est digne d'achat.Conseil : acheterRisque : faibleRating : 1ACours : 50,5 eurosTicker : ELI:BBCode ISIN : BE0003822393Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 3 milliards EURC/B 2017 : 13C/B attendu 2018 : 13Perf. cours sur 12 mois : +2 %Perf. cours depuis le 01/01 : +5 %Rendement du dividende : 3,4 %