Doro est accablé depuis quelques trimestres par la plainte déposée par un concurrent en Suède contre SKL, l'organe public responsable de l'accord-cadre conclu avec les fournisseurs concernant les fonctions de numérisation des systèmes d'alarme personnelle. À la fin du mois dernier, la plainte a finalement été rejetée, mais un appel est possible contre cette décision. La direction de Doro affirme toutefois que la période d'immobilisation _ pendant tout ce temps, les communes n'ont signé aucun nouveau contrat _ se terminera bientôt. En 2015, Doro Care a généré 171,4 millions de couronnes suédoises (SEK) de chiffre d'affaires, soit 9,3% du t...

Doro est accablé depuis quelques trimestres par la plainte déposée par un concurrent en Suède contre SKL, l'organe public responsable de l'accord-cadre conclu avec les fournisseurs concernant les fonctions de numérisation des systèmes d'alarme personnelle. À la fin du mois dernier, la plainte a finalement été rejetée, mais un appel est possible contre cette décision. La direction de Doro affirme toutefois que la période d'immobilisation _ pendant tout ce temps, les communes n'ont signé aucun nouveau contrat _ se terminera bientôt. En 2015, Doro Care a généré 171,4 millions de couronnes suédoises (SEK) de chiffre d'affaires, soit 9,3% du total du groupe. Le segment recèle encore un potentiel de croissance important. Dans les prochaines années, il devrait devenir un pôle de croissance rentable. La reprise en février de Trygghetssentralen, la plus grande entreprise privée de Norvège active dans les soins à distance pour seniors, s'inscrit parfaitement dans cette stratégie. La société réalise un chiffre d'affaires annuel de 68millions SEK, et est intégrée depuis le 15avril aux activités norvégiennes actuelles de Doro. En conséquence des problèmes liés à la plainte, Doro Care avait lancé, début juillet, un avertissement sur résultats: il ne table plus sur une augmentation du bénéfice mais sur un léger repli par rapport à 2015 (2,78SEK par action). Cela dit, l'objectif d'accroître le chiffre d'affaires annuel (1,83milliard SEK en 2015) a été réitéré. Celui-ci a progressé au premier semestre de 16,4%, à 886,5millions SEK, grâce à son augmentation, au deuxième trimestre, de 11,8%, à 473,5millions SEK. On note également, d'un point de vue géographique, une évolution positive sur le marché domestique de Doro, la Scandinavie (+13,7%, à 232,1millions SEK, soit 26,2% du total du groupe), mais aussi en Amérique du Nord (+148%, à 128,8millions SEK, soit 14,5% du total) et dans la zone DACH (Allemagne, Autriche, Suisse et Europe de l'Est; +9,7%, à 189,1millions SEK, soit 21,3% du total). Les autres régions ont stagné. Autre point positif, la part du smartphone dans le chiffre d'affaires s'est hissée de 13 à 21%. L'évolution du bénéfice opérationnel (EBIT) reste cependant fluctuante. Au deuxième trimestre 2016, l'EBIT a reculé de 29,3millions SEK l'an dernier à 4,2millions SEK. Les frais de restructuration de Doro se sont montés à 4,9millions SEK. Le groupe a en effet perdu un client important dans le segment des téléphones fixes, et les effets pourraient encore s'en ressentir au troisième trimestre. Ces trois dernières années, Doro avait réalisé en moyenne 58,8% de son chiffre d'affaires annuel au second semestre. Notons encore l'évolution positive du carnet de commandes: il s'est accru de 17,9% au deuxième trimestre, à 458,8millions SEK, et s'élevait fin juin à 227,1millions SEK (+8,5%). ConclusionLe seul fait que Doro Care entrevoie le bout du tunnel a déjà provoqué un rallye puissant. Pour autant, nous trouvons que l'action présente encore une valorisation intéressante, à 13,9fois le bénéfice escompté pour 2017 et un rapport entre la valeur d'entreprise (EV) et le cash-flow opérationnel (EBITDA) de 8 pour 2017. Nous relevons notre conseil.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B