Les actionnaires du groupe suédois Doro, le leader sur le marché de la téléphonie mobile pour les seniors, traversent une mauvaise passe. Après une année 2013 exceptionnelle, où le cours a rebondi de 25 à 46 SEK par action (+84%), le titre connaît un recul de 33% depuis le début de cette année. La transition des téléphones mobiles traditionnels aux smartphones plus rentables chez les seniors s'opère en effet plus lentement que prévu. Au 1er semestre, les smartphones ont représenté 7% du chiffre d'affaires (CA) européen (10% sur son marché domestique, la Scandinavie). Le potentiel de ce marché n'en est pas moins réel. Actuellement, moins de 40% des seniors disposent d'un smartphone, alors que plus de 50% de ceux qui ...

Les actionnaires du groupe suédois Doro, le leader sur le marché de la téléphonie mobile pour les seniors, traversent une mauvaise passe. Après une année 2013 exceptionnelle, où le cours a rebondi de 25 à 46 SEK par action (+84%), le titre connaît un recul de 33% depuis le début de cette année. La transition des téléphones mobiles traditionnels aux smartphones plus rentables chez les seniors s'opère en effet plus lentement que prévu. Au 1er semestre, les smartphones ont représenté 7% du chiffre d'affaires (CA) européen (10% sur son marché domestique, la Scandinavie). Le potentiel de ce marché n'en est pas moins réel. Actuellement, moins de 40% des seniors disposent d'un smartphone, alors que plus de 50% de ceux qui souhaitent acheter un nouveau téléphone optent pour un appareil de ce type. Les prévisions pour le 2e trimestre n'étaient pas très ambitieuses et cette fois, Doro est parvenu à surprendre agréablement le marché. Le CA a progressé de 1,4%, à 276,9 millions SEK. En termes organiques, on note un recul de 12%. Le cash-flow opérationnel (EBITDA) s'est stabilisé à 25,3 millions SEK et la marge d'EBITDA s'est érodée de 9,3% à 9,1%. Au terme des six premiers mois, cette marge s'élève à 8,1%, contre 8,2% l'an dernier. Le bénéfice opérationnel (EBIT) a reculé de 17,5 à 14,7 millions SEK en raison d'amortissements plus élevés liés à des acquisitions, et surtout au lancement des smartphones. La marge d'EBIT s'est comprimée de 6,4% à 5,3%. Après 6 mois, cette marge atteint 3,7%, contre 5,2% l'an dernier. Le bénéfice net s'est replié de 0,63 à 0,45 SEK par action et sur base semestrielle de 1 à 0,55 SEK par action. La Scandinavie, de loin le marché le plus rentable pour Doro, a enregistré une sous-performance aux trimestres écoulés. Les ventes ont reculé au 2e trimestre de 10,7%, à 63 millions SEK, mais la marge d'EBIT a à nouveau progressé par rapport au trimestre passé, à 29,7% (28% au 1er semestre, contre 34,2% l'an dernier) et le carnet de commandes augmente à nouveau (+13%). Les autres régions d'Europe (surtout le Royaume-Uni) se sont bien comportées, et ont réalisé une hausse de la marge d'EBIT de 15 à 19%. Les Etats-Unis ont connu un creux temporaire : le repli du CA ressort à 53%, à 53,1 millions SEK, mais la marge d'EBIT est stable, à 21,1%. La cause est un changement de la gestion des stocks par les distributeurs. Les ventes au consommateur final demeurent à niveau, cependant. La société a confirmé qu'elle prévoyait un meilleur 2e semestre. Le carnet de commandes s'élevait fin juin à 82,6 millions SEK, contre 66,3 millions SEK fin mars (60,4 millions SEK au 30 juin 2013). Doro mise également beaucoup sur le lancement, en septembre, du 3e smartphone, le Doro Liberto 820. Dans son marché de niche, la société est plus de trois fois plus grande que son concurrent le plus proche, et certains concurrents ont même décidé de se retirer de ce segment. Le groupe continue également à investir dans de nouveaux modèles de téléphones mobiles avec lesquels il prévoit de gagner des parts de marché. Il a récemment décroché deux importants contrats de distribution avec Austria Telekom en Autriche et surtout Deutsche Telekom (700 magasins en Allemagne).ConclusionLe cours de Doro a rebondi en réaction à la publication des résultats. Cette année est une année de transition mais à partir de 2015, nous prévoyons à nouveau une croissance et une amélioration des marges. A une valeur d'entreprise (EV) de 6 fois l'EBITDA attendu pour 2014 et à 10 fois le bénéfice escompté pour 2014, le titre est bon marché. L'action reste en Sélection.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B