Début septembre, la justice néerlandaise a rappelé à l'ordre l'organe de surveillance néerlandais, qui avait précédemment jugé que l'entreprise disposait d'un pouvoir de marché significatif dans le trafic postal professionnel J+1 et lui avait imposé plusieurs obligations (ouverture à la concurrence de son réseau postal à des tarifs réglementés, entre autres), avec un coût de 50 à 70 millions par an. Tenant compte du courrier numérique, qui gagne des parts de marché sur la distribution postale classique, le juge a estimé cette position dominante obsolète. PostNL n'a pas encore chiffré l'incidence financière de cette décision positive.
...