Si, ces dernières semaines, on a beaucoup entendu parler de la société biotech américaine Gilead Sciences, c'est parce que Galapagos a annoncé en décembre l'expiration (le 31 décembre 2017) de l'accord de lock-up et de standstill conclu avec elle; Gilead ne pouvait ni céder ni acquérir de participation dans Galapagos avant l'échéance du contrat, lequel courait depuis fin 2015 et portait sur le développement et la commercialisation, à l'échelle mondiale, de Filgotinib, une molécule destinée à traiter les maladies inflammatoires. On sait que Gilead veut acheter du chiffre d'affaires (CA) par le biais d'acquisitions, afin de compenser le recul des ventes de ses produits contre l'hépatite C (VHC). Et à terme, Filgotinib devrait pouvoir livrer ...