Si, ces dernières semaines, on a beaucoup entendu parler de la société biotech américaine Gilead Sciences, c'est parce que Galapagos a annoncé en décembre l'expiration (le 31 décembre 2017) de l'accord de lock-up et de standstill conclu avec elle; Gilead ne pouvait ni céder ni acquérir de participation dans Galapagos avant l'échéance du contrat, lequel courait depuis fin 2015 et portait sur le développement et la commercialisation, à l'échelle mondiale, de Filgotinib, une molécule destinée à traiter les maladies inflammatoires. On sait que Gilead veut acheter du chiffre d'affaires (CA) par le biais d'acquisitions, afin de compenser le recul des ventes de ses produits contre l'hépatite C (VHC). Et à terme, Filgotinib devrait pouvoir livrer ...

Si, ces dernières semaines, on a beaucoup entendu parler de la société biotech américaine Gilead Sciences, c'est parce que Galapagos a annoncé en décembre l'expiration (le 31 décembre 2017) de l'accord de lock-up et de standstill conclu avec elle; Gilead ne pouvait ni céder ni acquérir de participation dans Galapagos avant l'échéance du contrat, lequel courait depuis fin 2015 et portait sur le développement et la commercialisation, à l'échelle mondiale, de Filgotinib, une molécule destinée à traiter les maladies inflammatoires. On sait que Gilead veut acheter du chiffre d'affaires (CA) par le biais d'acquisitions, afin de compenser le recul des ventes de ses produits contre l'hépatite C (VHC). Et à terme, Filgotinib devrait pouvoir livrer un CA de deux milliards de dollars. Cela dit, nous pensons que Gilead (qui détient pour l'heure une participation de 13,27% dans Galapagos) attendra de connaître les premiers résultats de l'étude de phase III - attendus au second semestrev- avant de tenter sa chance. Malgré son rachat, l'an dernier, pour 11,9 milliards de dollars, de Kite Pharma, le pionnier de la thérapie cellulaire CAR-T (immunologie cancéreuse), Gilead disposait encore fin décembre d'une position liquide nette de trois milliards de dollars - suffisante pour qu'il envisage une offre sur Galapagos.Kite Pharma a commercialisé au quatrième trimestre son premier produit, Yescarta. Ce médicament destiné au traitement de formes rares du cancer lymphatique dégage un CA modeste de sept millions de dollars. A l'horizon 2020, le CA total attendu de Kite est de 850 millions de dollars. Or Gilead semble en espérer davantage encore, si l'on se fonde sur le multiple élevé (11,2 fois le CA escompté pour 2020) auquel il a acquis l'entreprise. En décembre, Kite a racheté pour 567 millions de dollars Cell Design Labs, une société qui exploite les cellules modifiées CAR-T et dispose de deux technologies susceptibles d'accroître la sécurité et l'efficacité de ses molécules. Le rapport de Gilead pour le quatrième trimestre illustre son besoin de nouveaux moteurs de croissance. Le CA a reculé de 19 % par rapport au même trimestre, un an plus tôt, à 5,9 milliards de dollars. En rythme trimestriel, le repli s'établit à 8,6%. Et en base annuelle, le CA a reculé de 30 à 25,7 milliards (-14%), ce qui est totalement imputable à la perte de CA dans le segment VHC évoquée plus haut (-5,7 milliards de dollars, à 9,1 milliards). Les produits contre le HIV ont, eux, dopé le CA de 10%, à 14,2 milliards. Le bénéfice net récurrent a pour sa part reculé de 26%, à 11,7 milliards de dollars, et par action, de 24%, à 8,84 dollars. Gilead a par ailleurs annoncé s'attendre pour 2018 à un CA compris entre 20 et 21 milliards de dollars, ce qui a déçu le marché (consensus à 21,9 milliards de dollars). Le groupe pronostique en outre dans le segment VHC un repli plus important (-5,1 à -5,6 milliards) qu'attendu (-4,1 milliards), notamment en raison de la concurrence accrue - produits d'AbbVie, par exemple. Cette année ou l'an prochain au plus tard, le CA comme le bénéfice récurrent de Gilead atteindront un plancher, respectivement autour de 21 milliards de dollars et de 6,5 dollars par action. Nous nous attendons à ce que le groupe acquière des entreprises. L'action reste digne d'achat, à 12,5 fois le bénéfice escompté et à un rapport entre la valeur de l'entreprise (EV) et le cash-flow d'exploitation (Ebitda) attendu de 8 pour 2018. Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 80,7 dollarsTicker : GILD USCode ISIN : US3755581036Marché : New YorkCapit. boursière : 105,6 milliards USDC/B 2017 : 9,1C/B attendu 2018 : 12,5Perf. cours sur 12 mois : +16 %Perf. cours depuis le 01/01 : +13 %Rendement du dividende : 2,8 %