A première vue, D'Ieteren a annoncé d'excellents résultats au terme du premier semestre. Le groupe a vu son chiffre d'affaires (CA) progresser de 8,6%, même si la hausse est principalement attribuable à des effets de change positifs. Le bénéfice brut courant s'est même accru de 61,5%, grâce aux performances à la fois de D'Ieteren Auto et de son autre activité principale, la réparation de vitrages automobiles (filiale Belron). Ce qui a incité la direction à revoir ses prévisions de bénéfice à la hausse : cette année, le résultat courant devrait progresser de 20% à 25% au lieu des 10% annoncés préalablement. Ce qui implique cependant aussi que la hausse du bé...

A première vue, D'Ieteren a annoncé d'excellents résultats au terme du premier semestre. Le groupe a vu son chiffre d'affaires (CA) progresser de 8,6%, même si la hausse est principalement attribuable à des effets de change positifs. Le bénéfice brut courant s'est même accru de 61,5%, grâce aux performances à la fois de D'Ieteren Auto et de son autre activité principale, la réparation de vitrages automobiles (filiale Belron). Ce qui a incité la direction à revoir ses prévisions de bénéfice à la hausse : cette année, le résultat courant devrait progresser de 20% à 25% au lieu des 10% annoncés préalablement. Ce qui implique cependant aussi que la hausse du bénéfice de 50% ne sera pas maintenue sur l'ensemble de l'exercice 2015 et que le bénéfice du 2e semestre baissera encore. La direction pointe du doigt les bonus plus importants chez Belron en conséquence de l'amélioration des performances, alors que l'effet des programmes de réduction des coûts s'épuise. Chez Belron, le CA s'est accru de 12%, à 1,64 milliard EUR, et le bénéfice opérationnel courant de 48%, à 70,8 millions EUR. Ces chiffres cachent cependant plusieurs éléments sous-jacents. La hausse du CA est presque intégralement le fait d'effets de change positifs (surtout l'USD et la GBP forts). La croissance organique du CA s'est limitée à 2%. Cette hausse est le résultat d'une croissance ultérieure sur le marché américain, d'une baisse des volumes sur le marché européen et de prix en moyenne plus élevés. Ces tendances devraient perdurer au 2e semestre. Belron a surtout bénéficié de l'hiver américain rigoureux, qui lui a assuré plusieurs revenus intermédiaires intéressants. La hausse du CA s'est traduite en une progression du bénéfice opérationnel de 48% dans la mesure où le CA supplémentaire aux USA a largement contribué au bénéfice grâce à la structure de coûts fixe. En Europe, les économies réalisées ces dernières années surtout ont permis de gonfler le bénéfice. Le cours de change favorable a assuré environ un quart de la hausse de bénéfice chez Belron. Plus inattendus encore que les bons chiffres de Belron : les résultats de D'Ieteren Auto sont solides : le CA a progressé de 5%, à 1.590 millions EUR, et le bénéfice opérationnel courant de 42%, à 54 millions EUR. Les marques Volkswagen, que D'Ieteren importe sur le marché belge, ont connu conjointement une légère baisse de leurs parts de marché sur un marché belge de l'auto relativement stable. La hausse du CA est dès lors essentiellement attribuable à la plus grande disposition des clients à acheter à nouveau de grandes voitures plus coûteuses. Cette évolution a soutenu largement la rentabilité, au même titre que l'amélioration des résultats sur la vente de pièces et accessoires et que les récentes mesures de réduction des coûts.ConclusionLes solides résultats du 1{+e}{+r} semestre ne peuvent hélas pas être réitérés. Par ailleurs, la croissance organique de Belron et D'Ieteren Auto demeure limitée. Une forte hausse durable du bénéfice n'est donc pas à prévoir, même si les investisseurs n'en tiennent de toute façon pas compte, à en croire le cours/bénéfice d'environ 12 et la valeur d'entreprise qui représente environ 7 fois le cash-flow opérationnel. Cela dit, nous préférons attendre de connaître la suite...Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2B