Cela fait déjà plusieurs années que les investisseurs voient D'Ieteren comme un holding avec trois participations en portefeuille. Le principal atout du groupe est son investissement de 54,85% dans Belron, leader mondial de la réparation et du remplacement des vitres de véhicules, présent dans 39 pays (sous la marque Carglass, en Belgique). La deuxième grande activité est exercée par D'Ieteren Auto, qui distribue les marques du groupe Volkswagen sur le marché belge. Enfin, le holding contrôle 100% de Moleskine, distributeur de carnets et d'accessoires de voyage de qualité racheté en 2016 pour 500 millions d'euros, mais dont les performances déçoivent. D'Ieteren dispose encore de 1,4 milliard d'euros à investir.
...

Cela fait déjà plusieurs années que les investisseurs voient D'Ieteren comme un holding avec trois participations en portefeuille. Le principal atout du groupe est son investissement de 54,85% dans Belron, leader mondial de la réparation et du remplacement des vitres de véhicules, présent dans 39 pays (sous la marque Carglass, en Belgique). La deuxième grande activité est exercée par D'Ieteren Auto, qui distribue les marques du groupe Volkswagen sur le marché belge. Enfin, le holding contrôle 100% de Moleskine, distributeur de carnets et d'accessoires de voyage de qualité racheté en 2016 pour 500 millions d'euros, mais dont les performances déçoivent. D'Ieteren dispose encore de 1,4 milliard d'euros à investir.Avec son fort ancrage dans l'automobile, D'Ieteren a beaucoup souffert de la crise sanitaire; D'Ieteren Auto a vu les ventes de voitures s'effondrer, Belron a fermé nombre de ses sites au printemps et réparé moins de vitres en raison des confinements, Moleskine a lui aussi vu ses ventes diminuer du fait de la fermeture des magasins et des confinements. L'incidence de la crise sur les résultats a toutefois été limitée. Le résultat net ajusté a chuté de 41%, mais les investisseurs craignaient un recul plus marqué encore. Belron, en particulier, a réussi à sauver son premier semestre. Son chiffre d'affaires a fléchi de 12%, mais les bénéfices, de 9% seulement grâce à la hausse des marges. Belron a travaillé dur ces dernières années pour accroître son efficacité. Par ailleurs, de plus en plus de vitres étant équipées de capteurs qui doivent être réinitialisés après toute manipulation, l'entreprise a vu son chiffre d'affaires par réparation augmenter. La direction a qualifié de fantastique le premier semestre de Belron; le second ne devrait pas décevoir non plus. Dès juin, Belron a tourné à moindre coût et a effectué un nombre croissant de réparations, ce qui a permis un effet de levier sur le bénéfice, comme en a témoigné le point trimestriel particulièrement réjouissant de novembre.Sans nouvel effet inattendu de la crise sanitaire, D'Ieteren pronostique pour 2020 un résultat net ajusté proche du niveau atteint en 2019. Ces prévisions données dès novembre illustrent la confiance de la direction dans la capacité de Belron à générer des bénéfices.Si le groupe est capable de maintenir ses bénéfices au cours d'une année aussi difficile que 2020, on peut facilement s'attendre à une hausse de 20% de ceux-ci en 2021. Belron, en particulier, bénéficiera de l'amélioration des ventes et des marges bénéficiaires. D'Ieteren Auto devrait profiter du redressement du marché automobile belge, et voir peut-être sa part de marché s'accroître. Moleskine reste la cinquième roue du carrosse et ne contribue pas réellement aux bénéfices. La question de l'affectation des liquidités disponibles n'est pas urgente.La valorisation de cette action de qualité est attrayante. Si l'activité de l'entreprise se normalise en 2021, les investisseurs paieront environ 11 fois le bénéfice de 2021. La valeur de l'entreprise correspond à moins de six fois le cash-flow opérationnel. C'est peu, surtout au vu du potentiel de bénéfices de Belron. Le marché attribue encore une décote de holding et un risque de réinvestissement trop élevés à D'Ieteren, tandis que la rentabilité de Belron en particulier est encore sous-estimée. L'action devra donc faire l'objet d'une réévaluation l'année prochaine.Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 66,5 eurosTicker: DIE:BBCode ISIN: BE0974259880Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 3,36 milliards EURC/B 2020: 18C/B attendu 2021: 12Perf. cours sur 12 mois: +13%Perf. cours depuis le 01/01: +6%Rendement du dividende: 1,7%