Les actionnaires de D'Ieteren ont été à ce point inondés de bonnes nouvelles ces derniers mois que l'annonce de semestriels particulièrement bons n'a eu aucun effet sur le cours. Le holding clôt pourtant la première moitié de l'année sur un bénéfice ajusté avant impôt de 288,8 millions d'euros, soit bien mieux que prévu, mais la direction s'en tient, pour l'exercice, à la hausse de 45% au moins des bénéfices précédemment annoncée. Le fait que le groupe ne puisse creuser davantage son avance sur les prévisions laisse présager une évolution légèrement moins marquée des bénéfices au 2e semestre.
...

Les actionnaires de D'Ieteren ont été à ce point inondés de bonnes nouvelles ces derniers mois que l'annonce de semestriels particulièrement bons n'a eu aucun effet sur le cours. Le holding clôt pourtant la première moitié de l'année sur un bénéfice ajusté avant impôt de 288,8 millions d'euros, soit bien mieux que prévu, mais la direction s'en tient, pour l'exercice, à la hausse de 45% au moins des bénéfices précédemment annoncée. Le fait que le groupe ne puisse creuser davantage son avance sur les prévisions laisse présager une évolution légèrement moins marquée des bénéfices au 2e semestre.La pénurie de semi-conducteurs a obligé, comme d'autres, D'Ieteren Auto à reporter certaines livraisons. La filiale prévoit d'écouler 430.000 voitures cette année, contre un chiffre de 450.000 initialement avancé. Le nouveau plan de transformation de Belron coûtera 13 millions d'euros au groupe au 2e semestre; il lui coûtera 230-250 millions d'euros d'ici à 2025, mais il contribuera au bénéfice opérationnel de Belron à partir de 2023 et permettra à la filiale d'accroître sa marge bénéficiaire de 2 points de pourcentage dès 2025.Au vu du plan, le meilleur reste à venir pour Belron, qui affiche pourtant déjà de brillants résultats. Bien que les volumes n'aient pas encore retrouvé leurs niveaux d'avant-crise, le chiffre d'affaires a bondi de 25%, à 2,32 milliards d'euros, et le bénéfice ajusté, de 136%, à 401,7 millions d'euros. Cette impressionnante rentabilité est due aux programmes destinés à accroître l'efficacité et à la multiplication des réparations de vitres équipées de capteurs, bien plus lucratives que celles d'éclats classiques. Pour Francis Deprez, le CEO de D'Ieteren, qui détient 53,65% de Belron, l'accélération de ces réparations va durer 10 ans, car la quasi-intégralité des nouvelles voitures sont équipées de capteurs. Le groupe a investi en conséquence. La concurrence va certes s'intensifier, mais Belron est sortie plus forte de la crise sanitaire, a conclu le CEO. Lors d'une récente transaction sur actions, la filiale a été valorisée à 17,2 milliards d'euros, alors que la capitalisation boursière de D'Ieteren est de 7,3 milliards; ce chiffre est peut-être très élevé mais, commente Francis Deprez, la catégorie dans laquelle la filiale joue désormais le justifie. Si Belron est le joyau du groupe, D'Ieteren Auto contribue elle aussi aux résultats. Le marché automobile belge a rétréci depuis l'éclatement de la pandémie, mais la filiale a réussi à porter sa part de marché à 23,5% au 1er semestre. Malgré le recul des ventes, elle est désormais aussi rentable qu'en 2019 (les clients achètent des véhicules plus chers). Le ralentissement des livraisons pèsera sur les résultats du 2e semestre mais à moyen terme, la direction a confiance dans la capacité de l'activité à se contenter d'un marché plus restreint. Enfin, Moleskin montre des signes de rétablissement; elle ne contribue pas encore au bénéfice, mais la reprise se déroule comme prévu. Le groupe reste à l'affût d'opportunités d'achat. Il vient de prendre une participation de 40% (1,17 milliard d'euros) dans TVH Parts; l'opération, qui ne sera achevée qu'en fin d'année, n'est pas encore intégrée dans les résultats.D'Ieteren présente une fois encore d'excellents chiffres grâce, surtout, à Belron. Le cours a considérablement progressé cette année mais à un rapport cours/bénéfice de 20, sa valorisation reste correcte, et les prévisions sont suffisamment favorables pour que nous maintenions notre recommandation d'achat. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 132,3 eurosTicker: DIE:BBCode ISIN: BE0974259880Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 7,45 milliards EURC/B 2020: 35C/B attendu 2021: 20Perf. cours sur 12 mois: +141%Perf. cours depuis le 01/01: +93%Rendement du dividende: 0,9%