D'Ieteren n'échappera évidemment pas aux turbulences que cause l'épidémie de coronavirus. Le nombre de kilomètres parcourus va chuter au cours des mois qui viennent, ce qui entraînera inévitablement une diminution de la quantité de pare-brise réparés par Belron, la principale filiale du groupe. L'interruption des ventes de voitures frappera de plein fouet D'Ieteren Auto, qui distribue les marques de Volkswagen sur le marché belge. Moleskine sera elle aussi durement touchée.
...

D'Ieteren n'échappera évidemment pas aux turbulences que cause l'épidémie de coronavirus. Le nombre de kilomètres parcourus va chuter au cours des mois qui viennent, ce qui entraînera inévitablement une diminution de la quantité de pare-brise réparés par Belron, la principale filiale du groupe. L'interruption des ventes de voitures frappera de plein fouet D'Ieteren Auto, qui distribue les marques de Volkswagen sur le marché belge. Moleskine sera elle aussi durement touchée. D'Ieteren attend de pouvoir évaluer les dégâts. Le 5 mars, lors de la publication des chiffres annuels, la crise pointait le bout de son nez, sans conséquences tangibles pour le groupe. L'exercice 2019 s'achevait sur d'excellents résultats, et 2020 promettait d'être à l'avenant. Le résultat net ajusté avait bondi de 40%, à 300 millions d'euros, soit mieux que prévu encore. Ce chiffre aurait dû s'accroître cette année de 25%, mais c'était sans tenir compte de la crise sanitaire.L'envolée des bénéfices en 2019 est principalement attribuable à Belron, dont le bénéfice ajusté a été multiplié par plus de deux sous l'effet combiné d'une hausse des ventes, d'un strict contrôle des dépenses et d'une augmentation de la quote-part des services assortis d'une marge bénéficiaire importante. Ces services consistent principalement en la réparation de pare-brise équipés de capteurs destinés à accroître la sécurité; ces capteurs devant être recalibrés lors de l'intervention, les marges dégagées par cette activité sont plus élevées. Ce type de réparations s'est accru de 112% l'an passé. Ce rythme ne sera pas éternel mais ceci dit, de plus en plus de pare-brise sont équipés de tels capteurs. Les économies de coûts portent leurs fruits mais pour le CEO, Francis Deprez, "la marge de progression, chez Belron, n'est pas épuisée". Si Belron a vécu une excellente année, D'Ieteren Auto a mieux résisté que prévu. Son bénéfice s'est accru de 6%, grâce surtout à l'augmentation de sa part de marché, dans un marché automobile belge relativement stable. Audi, en particulier, a su convertir le tassement des ventes en une intensification de sa présence. Moleskine reste le maillon faible du groupe. D'Ieteren a déboursé 500 millions d'euros pour acquérir ce fabricant de carnets, dont le bénéfice net ajusté n'a pas dépassé 5 millions d'euros. Alors que 2018 était encore acceptable, les choses ont complètement dérapé en 2019, puisque la filiale n'a pas du tout contribué au bénéfice. Une dépréciation de 100 millions d'euros a donc été actée. "Nous continuons de croire en la marque; ce n'est qu'une question de mise en pratique", rassure Francis Deprez. Daniella Ricardi, la nouvelle CEO de la filiale, est chargée de remettre celle-ci sur les rails.Les cash-flows s'étant nettement accélérés, le trésor de guerre de D'Ieteren atteint désormais 1,5 milliard d'euros. On sait que la direction veut en faire quelque chose mais les cibles avaient été jugées trop coûteuses ces dernières années. Peut-être la crise du coronavirus sera-t-elle gage d'opportunités. D'ici là, le groupe va racheter pour 150 millions d'euros d'actions propres et porter le dividende de 1 à 1,15 euro par action.Au vu des excellents chiffres sur lesquels il avait achevé 2019, D'Ieteren est faiblement valorisé depuis le krach généralisé (rapport cours/bénéfice de 9). Reste à savoir comment les résultats, et le climat boursier en général, vont évoluer. L'incertitude étant ce qu'elle est, nous abaissons notre conseil à "conserver". Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 1BCours: 41 eurosTicker: DIE:BBCode ISIN: BE0974259880Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 2,2 milliards EURC/B 2019: 12C/B attendu 2020: 9Perf. cours sur 12 mois: +10%Perf. cours depuis le 01/01: -33%Rendement du dividende: 2,8%