Orange Belgique achève le 4e trimestre sur un chiffre d'affaires (CA) et un bénéfice une fois encore supérieurs aux prévisions. Avec son offre câblée, la filiale belge du groupe français éponyme continue à faire souffrir la concurrence, un mouvement qui s'intensifiera encore après l'été. Le CA consolidé a augmenté au 4e trimestre de près de 5%, à 369,5 millions d'euros (consensus: 352,6 millions). Le CA des services de télécommunications (c'est-à-dire hors vente de matériel, comme les smartphones) a bondi de 6,5%. Les revenus des services mobiles ont, eux, cédé 2,5%, en raison du tassement du nombre de clients des services prépayés et du CA moyen par utilisateur. Un recul qu'a largement compensé le succès des offres Love et Love Duo, qui ont attiré ...

Orange Belgique achève le 4e trimestre sur un chiffre d'affaires (CA) et un bénéfice une fois encore supérieurs aux prévisions. Avec son offre câblée, la filiale belge du groupe français éponyme continue à faire souffrir la concurrence, un mouvement qui s'intensifiera encore après l'été. Le CA consolidé a augmenté au 4e trimestre de près de 5%, à 369,5 millions d'euros (consensus: 352,6 millions). Le CA des services de télécommunications (c'est-à-dire hors vente de matériel, comme les smartphones) a bondi de 6,5%. Les revenus des services mobiles ont, eux, cédé 2,5%, en raison du tassement du nombre de clients des services prépayés et du CA moyen par utilisateur. Un recul qu'a largement compensé le succès des offres Love et Love Duo, qui ont attiré 25.000 nouveaux clients entre octobre et décembre, un record. Le fichier recense désormais 258.000 abonnés, en hausse de 43% en trois mois. Après des débuts difficiles, l'offre câblée est, pour le 3e trimestre consécutif, rentable sur le plan opérationnel (3,3 millions d'euros). Autre bonne nouvelle: le loyer qu'Orange Belgique paie à Telenet pour pouvoir utiliser son réseau câblé diminuera encore à partir du 2e semestre; il s'agit là d'une décision de l'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT), dont Orange n'a pas l'intention de faire bénéficier ses clients - il est du reste déjà, pour la plupart des services, le fournisseur le moins cher. Le bénéfice opérationnel brut hors engagements en matière de contrats de location (Ebitda) a augmenté au 4e trimestre de 5,5%, à 79,6 millions d'euros, grâce à la hausse du CA et à la politique de maîtrise des coûts (consensus: 78,4 millions). Le CA de l'exercice a progressé de 3,3% en glissement annuel, à 1,34 milliard d'euros. A 300,1 millions d'euros (+5,1%), l'Ebitda se situe dans le haut de la fourchette prévisionnelle de 285-305 millions. Le bénéfice net s'établit à 34 millions, ou 0,57 euro par action, contre 32,4 millions un an plus tôt. Orange prévoit pour 2020 une croissance de son CA proche de 5% et un Ebitda de 310-330 millions, le milieu de cette fourchette impliquant une croissance de 7% l'an. La stabilité des investissements (180,2 millions d'euros) a contribué à l'évolution de l'Ebitda. Les investissements devraient passer à 194 millions d'euros cette année. La gestion conjointe des antennes avec Proximus devrait permettre de réaliser pour 300 millions d'euros d'économies en 10 ans. L'on ne sait toujours rien des nouvelles enchères relatives à la 5G, dont il est toutefois peu probable qu'elles soient organisées cette année encore. Les licences existantes ont déjà été prolongées. Les dépenses relatives aux licences et aux infrastructures sont donc, pour l'heure, reportées. L'accélération des cash-flows et la diminution des investissements ont permis à l'endettement net de s'alléger de 36,4 millions d'euros, à 234,3 millions, soit un peu plus de 0,7 fois l'Ebitda moyen escompté pour 2020. Le dividende passe de 0,5 à 0,6 euro par action, le rendement, à 3%. Notez donc qu'Orange verse un peu plus que le bénéfice net de l'exercice.Parce qu'il allie croissance et rendement, Orange est l'opérateur télécom belge le plus intéressant du moment. La baisse des tarifs de location aura une incidence favorable sur les cash-flows et la hausse du dividende ne peut qu'être appréciée de l'actionnaire. Les investissements dans la 5G seront considérables mais compte tenu du retard pris par la sphère politique, leur calendrier est incertain. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 20,1 eurosTicker: OBEL BBCode ISIN: BE0003735496Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,2 milliard EURC/B 2019: 35C/B attendu 2020: 24Perf. cours sur 12 mois: +14,5%Perf. cours depuis le 01/01: -3%Rendement du dividende: 3%