Le rapport annuel de CFE a déçu: le chiffre d'affaires (CA) du groupe a fléchi de 0,4% en un an, à 3,62 milliards d'euros (consensus: 3,7 milliards d'euros).
...

Le rapport annuel de CFE a déçu: le chiffre d'affaires (CA) du groupe a fléchi de 0,4% en un an, à 3,62 milliards d'euros (consensus: 3,7 milliards d'euros). Le groupe DEME, spécialisé dans l'offshore, le dragage et l'environnement, a réalisé un CA de 600,5 millions d'euros au 4e trimestre, soit 4,6% de moins par rapport au 4e trimestre de 2018, plombant l'exercice: sur l'année, le CA s'est érodé de 0,9%, à 2,62 milliards d'euros (2,66 milliards attendus). La part du dragage est passée de 37 à 41%, celle de l'offshore de 51 à 44%, à 1,14 milliard d'euros. La baisse de 4,8% du cash-flow opérationnel (Ebitda), à 437 millions d'euros, a constitué un revers. La marge d'Ebitda s'est érodée de 17,3 à 16,7% en un an (19,3% en 2017), du fait de la pression continue sur les marges offshore. En outre, l'indisponibilité du navire Innovation a pesé aux 2e et 3e trimestres et des dépréciations ont été actées sur un projet de dragage en Inde et sur une créance en souffrance de Senvion (10,8 millions d'euros). Le bénéfice net de DEME a reculé de 21%, à 121,4 millions d'euros. Le carnet de commandes de DEME reste toutefois fourni, malgré une baisse de 260 millions d'euros sur 12 mois, à 3,75 milliards d'euros. Avec les investissements dans de nouveaux navires, la dette nette de DEME atteint 708,5 millions d'euros (+69 millions d'euros). La livraison de quatre navires a été retardée à courant 2020. En décembre 2019, DEME a vendu une participation dans l'allemand Merkur Offshore (concession de parcs éoliens), ce qui générera une plus-value de 50 millions d'euros au 1er semestre de 2020. Pour cette année, DEME prévoit une augmentation limitée du CA et un Ebitda similaire à celui de 2019, avec donc une nouvelle baisse de la marge d'Ebitda au bas de la fourchette historique (16 à 20%). Le CA de la division Contracting a augmenté de 6,9%, à 998,7 millions d'euros. La Belgique, grâce à une activité soutenue en Flandre, a connu une hausse de 5,2%, à 543,1 millions d'euros. La forte croissance en Pologne a dopé le CA international de la division (+8,1%, à 190,4 millions d'euros). Le bénéfice opérationnel (Ebit) a reculé de 17,2%, à 18,8 millions d'euros, principalement en raison d'un certain nombre de dépréciations et des faibles marges à Bruxelles et en Wallonie. Le carnet de commandes a totalisé 1,39 milliard d'euros (+4,9% par rapport à fin 2018). En 2020, la division vise un CA stable et un Ebit en hausse. La plus petite division, l'activité de promotion immobilière, a connu une bonne année, avec une hausse de 3,8% de l'Ebit, à 13,7 millions d'euros, et table sur un chiffre comparable en 2020. Comme prévu, la totalité de la dette de 52,5 millions d'euros sur un projet au Tchad a été annulée. Au niveau du groupe, l'Ebit a fléchi de 21,8%, à 177,7 millions d'euros, tandis que le bénéfice net s'est tassé de 22,2%, à 133,4 millions d'euros (de 6,78 à 1,69 euro par action). Le dividende brut sera réduit de 2,4 à 2 euros par action, soit un rendement brut de 2,8%. Le rapport annuel et les perspectives pour 2020 en demi-teinte, combinés à la panique suscitée par le coronavirus, ont amputé le cours de l'action CFE de 30% en quelques semaines seulement, le ramenant à son plus bas niveau depuis 2014. Si l'incertitude règne à court terme, les perspectives de DEME restent structurellement favorables à plus long terme. Nous confirmons donc notre recommandation. L'action se négocie à 13,1 fois le bénéfice attendu pour 2020 et la valeur de l'entreprise correspond à 5,8 fois l'Ebitda attendu pour 2020. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 70,7 eurosTicker: CFEB BBCode ISIN: BE0003883031Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 2,2 milliards EURC/B 2019: 13,4C/B attendu 2020: 13Perf. cours sur 12 mois: -16%Perf. cours depuis le 01/01: -27%Rendement du dividende: 2,8%