La baisse du cours de 4,4%, après la publication des résultats du deuxième trimestre, témoigne de la méfiance des investisseurs envers ce "meuble" récemment sorti de l'indice Dow Jones - General Electric (GE) l'avait intégré il y a plus d'un siècle. GE accuse depuis le début de l'an dernier sa plus grave contreperformance boursière sur ses 125 ans d'existence: une perte de près de 60% alors que le Dow Jones a gagné environ 20%. On en oublierait presque que le conglomérat industriel avait connu des années de gloire, lorsqu'il était emmené par Jack Welch. Son successeur, Jeffrey Immelt, n'a pas poursuivi sa stratégie; les acquisitions d'Alstom et de Baker Hughes, notamment, lui ont coûté son poste l'été dernier. Il a passé la main à ...