Nous avions abaissé notre rating sur MDxHealth après la publication de son rapport semestriel et au vu des difficultés que la société éprouvait à accroître ses volumes, sur fond de consommation élevée de liquidités. Sur les neuf premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires lié aux tests de diagnostic du cancer de la prostate a progressé de 24%, de 18,2 à 23,4 millions de dollars et la contribution du ConfirmMDx a augmenté de 25%, à 20,4 millions de dollars. Mais après un excellent 1er trimestre, durant lequel le chiffre d'affaires avait bondi de 58% (7,2 millions), la croissance a nettement ralenti (+7% seulement, à 7 millions, au 2e trimestre et +16%, à 6,2 millions, au suivant). En cause: la lenteur de l'évolution des volumes. Ceux-ci auraient pourtant ...

Nous avions abaissé notre rating sur MDxHealth après la publication de son rapport semestriel et au vu des difficultés que la société éprouvait à accroître ses volumes, sur fond de consommation élevée de liquidités. Sur les neuf premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires lié aux tests de diagnostic du cancer de la prostate a progressé de 24%, de 18,2 à 23,4 millions de dollars et la contribution du ConfirmMDx a augmenté de 25%, à 20,4 millions de dollars. Mais après un excellent 1er trimestre, durant lequel le chiffre d'affaires avait bondi de 58% (7,2 millions), la croissance a nettement ralenti (+7% seulement, à 7 millions, au 2e trimestre et +16%, à 6,2 millions, au suivant). En cause: la lenteur de l'évolution des volumes. Ceux-ci auraient pourtant dû s'intensifier cette année après la multiplication par deux ou presque, l'an dernier, des effectifs de l'équipe commerciale américaine. La mesure avait commencé par porter, puisque les volumes avaient progressé de 14%, à 6.371 tests, au 4e trimestre et de 51% (5.794 tests, dont 640 liés à l'exercice 2017) au 1er trimestre de 2018. Mais depuis le trimestre suivant, ils ont reculé de 14 et 13%, à 5.345 et 4.329 tests. C'est pourtant le 3e trimestre de 2017 qui avait été marqué par les violents ouragans au Texas et en Floride... Dans son rapport semestriel, la direction déplore l'importante rotation au sein de l'équipe commerciale; elle a pris le problème à bras-le-corps, mais il faudra du temps pour que ses efforts portent leurs fruits. Après neuf mois, les volumes de vente du ConfirmMDx accusent toujours un léger recul (-3%). Leur croissance n'avait pas dépassé 4,9% (21.400 tests) l'an dernier. Le chiffre d'affaires s'établit à 1.319 dollars par test en moyenne après neuf mois, contre 1.100 en 2017. Le chiffre d'affaires généré par le SelectMDx a grimpé de 43%, à 1,7 million de dollars, cependant que les volumes progressaient de 49%, à 12.444 tests. La croissance des volumes a plafonné à 16% au 3e trimestre, contre 67% pour le 1er semestre. Sur les neuf premiers mois de l'année, les coûts ont augmenté de 24%, à 37,7 millions de dollars, pour une perte nette de 22,8 millions. La consommation de liquidités reste élevée: 18,6 millions de dollars depuis le 31 mars, dont 8,2 millions au 3e trimestre. Malgré l'importante augmentation de capital (44 millions de dollars - 9,99 millions d'actions émises, au prix de 3,6 euros) réalisée en mars, la trésorerie était retombée à 32,7 millions fin septembre. La visibilité à court terme étant limitée, des doutes planent sur les prévisions annuelles, qui pronostiquent une croissance du chiffre d'affaires sur les tests au moins comparable à celle de 2017 (+13%, à 31,9 millions de dollars). Le marché a réagi très vivement à la publication des résultats trimestriels, renvoyant l'action à son plus bas niveau depuis 2013. La stratégie de commercialisation autonome des tests urologiques aux Etats-Unis s'avère extrêmement complexe. Vu la constante consommation de liquidités et la baisse du cours, une analyse critique de la stratégie s'impose. Nous avions intégré MDxHealth dans le portefeuille modèle en avril 2015; désireux de miser sur le potentiel unique et sous-valorisé des biotech belges à l'horizon 2020-2025, nous avons par la suite constitué un groupe d'actions du secteur. MDxHealth est notre plus grande source de déception jusqu'à présent; nous n'excluons d'ailleurs plus de nous en défaire prématurément. Dans l'intervalle, nous continuons à recommander de conserver/attendre (rating 2C). Conseil : conserver/attendreRisque : élevéRating : 2CCours : 2,00 eurosTicker : MDXH BBCode ISIN : BE0003844611 Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 119,9 millions EURC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : -Perf. cours sur 12 mois : -55 %Perf. cours depuis le 01/01 : -38 %Rendement du dividende : -