L'entreprise biotechnologique wallonne a publié récemment trois informations positives. Tout d'abord, les résultats complets de l'étude de phase IIa conduite auprès de patients dont une fracture présente un retard de consolidation (non guérie après trois mois) sont convaincants. Rappelons que grâce aux excellents résultats intermédiaires publiés en 2017, l'étude portant sur son produit phare, l'ALLOB, avait pu être close avant son terme. L'ALLOB est un produit de thérapie cellulaire allogénique (il est fabriqué à partir des cellules de moelle osseuse de donneurs sains).
...

L'entreprise biotechnologique wallonne a publié récemment trois informations positives. Tout d'abord, les résultats complets de l'étude de phase IIa conduite auprès de patients dont une fracture présente un retard de consolidation (non guérie après trois mois) sont convaincants. Rappelons que grâce aux excellents résultats intermédiaires publiés en 2017, l'étude portant sur son produit phare, l'ALLOB, avait pu être close avant son terme. L'ALLOB est un produit de thérapie cellulaire allogénique (il est fabriqué à partir des cellules de moelle osseuse de donneurs sains). La deuxième information importante concerne l'optimisation du processus de production de ce produit. L'approvisionnement des grands groupes que vise Bone n'est plus un problème dès lors que le rendement, soit, ici, la quantité de produit obtenue à partir d'une cellule d'un donneur, est maximisé: il a augmenté d'un facteur10.000. Par ailleurs, la conservation des cellules a été optimisée - elles sont congelées dans un liquide (cryopréservation). La probabilité de partenariats a nettement augmenté. Bone désire utiliser ce nouveau procédé lors de prochaines études cliniques avec l'ALLOB à partir du deuxième semestre de2019, mais il faudra qu'elle en reçoive l'autorisation. Elle prépare son dossier. Signalons que le démarrage d'une étude de phase IIb pour l'indication fractures guérissant tardivement, initialement prévu pour la fin de cet exercice, a pris du retard. La troisième bonne nouvelle a été communiquée mi-octobre. L'étude de phase II portant sur le JTA-004 vient de se terminer. Et les résultats sont prometteurs. Contrairement au reste du pipeline, il ne s'agit pas d'un produit de thérapie cellulaire, mais d'un viscosupplément destiné à soulager les sujets atteints d'arthrose dans le genou. L'étude a été menée sur 164 individus, répartis aléatoirement en quatre groupes. Un groupe a reçu le Synvisc (de Sanofi), le produit le plus vendu pour l'heure, et les trois autres groupes se sont vu administrer par injection des doses différentes de JTA-004. Après six mois, le groupe de référence présentait une amélioration de la douleur par rapport aux valeurs initiales de 14,3 millimètres, tandis que les trois autres groupes présentaient une amélioration allant de 23,6 à 25,9 millimètres. Des différences statistiquement significatives entre les différents groupes ayant reçu le JTA-004 et le groupe de référence n'ont cependant pas été observées. Bone entend lancer une étude de phase III en 2019, après approbation par les autorités. Le marché des viscosuppléments, qui pesait 2,1 milliards de dollars en 2016, enregistre une croissance annuelle de 8%. Bone se dotera assurément d'un partenaire pour commercialiser le sien. Les résultats intermédiaires de l'étude de phase III testant le PREOB, son autre produit de thérapie cellulaire ostéoblastique (autologue, celui-ci: il est constitué à partir des cellules de moelle osseuse des patients), pour l'indication ostéonécrose devraient être dévoilés avant la fin de 2018. Si les résultats sont concluants, l'étude pourra elle aussi être finalisée plus tôt que prévu. Nul doute que toutes ces bonnes nouvelles inciteront l'entreprise à se mettre en quête de financements au cours des mois à venir. Avec la position de trésorerie actuelle, elle peut poursuivre ses activités jusqu'en septembre 2019. Les avancées publiées nous satisfont pleinement. Bone a encore gagné en crédibilité, et avec Jean Stéphenne au poste de président, nous sommes convaincus qu'elle créera beaucoup de valeur pour l'actionnaire. La valorisation de l'action est bien trop faible, à nos yeux. Conseil : acheterRisque : élevéRating : 1CCours : 9,85 eurosTicker : BOTHE BBCode ISIN : BE0974280126 Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 79 millions EURC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : -Perf. cours sur 12 mois : -1 %Perf. cours depuis le 01/01 : +22 %Rendement du dividende : -