Conflit d'intérêts pour Proximus

17/01/19 à 00:00 - Mise à jour à 10:12

Reporter les investissements, au risque de prendre du retard sur la concurrence, n'est pas envisageable. L'on pourrait réduire le dividende, mais ni les investisseurs, ni l'Etat, ne veulent en entendre parler.

L'agitation qui règne depuis l'annonce des licenciements illustre bien le conflit d'intérêts dont le groupe télécom est la proie. L'Etat détient 53,5% des titres, qui lui rapportent 270 millions d'euros environ chaque année; mais l'Etat est aussi régulateur d'un secteur où évoluent les concurrents de Proximus. Simultanément, le gouvernement a pour mission de préserver l'emploi, alors que les actionnaires privés et institutionnels ont d'autres objectifs en tête. Mais dans un marché concurrentiel, dividende généreux, faibles coûts et interdiction de restructurer sont incompatibles. Dominique Leroy avait mis le doigt sur le problème dès l'an dernier, en insistant sur la nécessité de réduire les dépenses.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Les derniers articles en un clin d'oeil