Sans le soutien du marché du cinéma chinois, Barco continue de souffrir. Le groupe avait pu se targuer pendant plusieurs années d'une croissance élevée grâce à la numérisation des cinémas en Chine. Mais après cette première vague de numérisation, le marché tarde à passer à la nouvelle génération de projecteurs. Le pôle Entertainment, qui englobe cette activité, a perdu 7,4% de chiffre d'affaires (CA) au premier semestre et a cédé plus de 3% de CA encore entre juillet et septembre (troisième trimestre de l'exercice fiscal 2018). Le pôle n'en demeure pas moins le contributeur principal au CA du groupe (45%). Le nombre de nouvelles commandes a par ailleurs diminué, sous l'effet du ralentissement de l'activité sur le marché chinois, de 6,1%, à 243,3 mill...

Sans le soutien du marché du cinéma chinois, Barco continue de souffrir. Le groupe avait pu se targuer pendant plusieurs années d'une croissance élevée grâce à la numérisation des cinémas en Chine. Mais après cette première vague de numérisation, le marché tarde à passer à la nouvelle génération de projecteurs. Le pôle Entertainment, qui englobe cette activité, a perdu 7,4% de chiffre d'affaires (CA) au premier semestre et a cédé plus de 3% de CA encore entre juillet et septembre (troisième trimestre de l'exercice fiscal 2018). Le pôle n'en demeure pas moins le contributeur principal au CA du groupe (45%). Le nombre de nouvelles commandes a par ailleurs diminué, sous l'effet du ralentissement de l'activité sur le marché chinois, de 6,1%, à 243,3 millions d'euros (consensus: 266 millions) en un an. Au terme du troisième trimestre de 2018, le nombre de commandes est ainsi en retrait de près de 5% par rapport à la même période un an plus tôt. Soulignons toutefois que sur les marchés américain et européen, les ventes comme les nouvelles commandes ont progressé. Le 1er octobre, la joint-venture Cinionic est devenue opérationnelle. Celle-ci commercialisera une nouvelle génération de projecteurs laser destinée au segment milieu de gamme du marché. Alors qu'il avait cédé 1% durant le deuxième trimestre, le CA du pôle Enterprise a gagné 7,7% au cours du trimestre suivant. La technologie ClickShare se vend toujours bien et le produit UniSee (mur vidéo LED), commercialisé plus récemment, a connu un bon départ. Le pôle Healthcare (numérisation des hôpitaux) a vu, lui aussi, son CA progresser, de près de 8%. Au troisième trimestre, le groupe a réalisé un CA de 248,7 millions d'euros: c'est 2,6% de mieux qu'un an plus tôt mais c'est sous le consensus (258 millions d'euros). Après neuf mois, le CA s'établit à 746,8 millions d'euros: c'est près de 2% de moins qu'au terme de la même période, en 2017. De fait, depuis juillet, les chiffres de la joint-venture de Barco avec China Film Group ne sont plus consolidés, en raison de l'allègement de la participation du groupe belge de 58 à 49%. Ainsi, lorsque Barco affirme viser un CA annuel stable, cela s'entend sans elle. Comme à son habitude, Barco n'a donné, dans son rapport trimestriel, aucune information quant à la rentabilité de ses divisions. Seuls ses rapports semestriels et annuels abordent cet aspect. A l'issue du premier semestre, la marge bénéficiaire du groupe atteignait 10,3%, contre 9,3% douze mois auparavant; à 7,6%, la marge d'Ebitda d'Entertainment se situait sous la moyenne du groupe, tandis que, à respectivement 13,6 et 11,6%, celle d'Enterprise et celle de Healthcare ont surperformé cette moyenne. Pour l'exercice2018, le CEO, Jan De Witte, anticipe une meilleure marge que celle de l'an dernier (9,9%). A l'horizon 2020, il vise la fourchette de 12-14%. Après un premier semestre décevant, le troisième trimestre n'a pas laissé entrevoir d'amélioration. Ni le CA ni le nombre de nouvelles commandes n'ont répondu aux attentes. Et pourtant, les investisseurs se montrent plutôt cléments envers Barco. Ils ont toujours pleinement confiance en la direction du groupe, qui a maintenu les prévisions annuelles. Or la division Entertainment, qui est certes le moteur de la croissance de Barco depuis plusieurs années, continue de toussoter. Tant que celle-ci ne recouvrera pas la pleine santé, nous considérerons, pour notre part, qu'au regard de sa valorisation, Barco ne constitue pas une valeur attrayante. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 96,8 eurosTicker : BAR BBCode ISIN : BE0003790079Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 1,26 milliard EURC/B 2017 : 37C/B 2018 attendu : 18Perf. cours sur 12 mois : +13%Perf. cours depuis le 01/01 : +9%Rendement du dividende : 2,2%