Nous avons été très heureux d'apprendre, en février, la nomination de l'emblématique Jean Stéphenne à la présidence du conseil d'administration de l'entreprise biotechnologique wallonne Bone Therapeutics. L'homme qui a fait de GSK Vaccines un acteur au rayonnement mondial est toujours président du conseil d'administration de TiGenix (rachetée par le groupe japonais Takeda pour 520 millions d'euros), une entreprise qui, à l'instar de Bone Therapeutics, est spécialisée dans la thérapie cellulaire. S'il préside le conseil d'administration de Bone, c'est qu'il a lui aussi confiance dans la technologie cellulaire osseuse unique de l'entreprise.
...

Nous avons été très heureux d'apprendre, en février, la nomination de l'emblématique Jean Stéphenne à la présidence du conseil d'administration de l'entreprise biotechnologique wallonne Bone Therapeutics. L'homme qui a fait de GSK Vaccines un acteur au rayonnement mondial est toujours président du conseil d'administration de TiGenix (rachetée par le groupe japonais Takeda pour 520 millions d'euros), une entreprise qui, à l'instar de Bone Therapeutics, est spécialisée dans la thérapie cellulaire. S'il préside le conseil d'administration de Bone, c'est qu'il a lui aussi confiance dans la technologie cellulaire osseuse unique de l'entreprise. Au cours des prochains mois, Bone Therapeutics procédera à un examen minutieux de son pipeline (protection des brevets, optimisation du processus de production, etc.) avant de lancer des études cliniques décisives. Il est notamment crucial de maximiser le rendement d'ALLOB, le produit de thérapie cellulaire ostéoblastique (fabriqué à partir des cellules de la moelle osseuse de volontaires sains) de Bone, c'est-à-dire d'augmenter la quantité de produit obtenue à partir d'une cellule d'un donneur, et d'automatiser le processus. L'optimisation de la conservation des cellules par cryopréservation (congélation dans un liquide) est elle aussi au programme. A l'automne dernier, Bone avait annoncé d'excellents résultats pour deux études cliniques consacrées à ALLOB: l'essai de phase I/IIa mené auprès de 15 premiers sujets devant subir une opération de fusion lombaire et l'étude de phase IIa réalisée auprès de 16 patients souffrant d'une fracture avec retard de consolidation. Pour la première, le recrutement est terminé (32 sujets trouvés) et les résultats complets seront connus à l'été 2019. Grâce aux excellents résultats intermédiaires de la seconde, l'étude n'a pas dû être menée à son terme et ses résultats complets seront connus cet été déjà. L'entreprise prépare une étude de phase IIb. Au deuxième semestre, nous aurons droit aux résultats intermédiaires de l'étude de phase III sur PREOB, un produit de thérapie cellulaire ostéoblastique autologue (fabriqué, lui, à partir des cellules de moelle osseuse des patients mêmes), qui a été menée auprès de 44 sujets atteints d'ostéonécrose (nécrose de la hanche). Si les résultats sont concluants, Bone pourra clore l'étude anticipativement et s'adresser à l'Agence européenne des médicaments (AEM) en vue de l'approbation du dossier. L'entreprise cherchera sans doute un partenaire pour la commercialisation de PREOB. Pour ALLOB, c'est outre-Atlantique que réside le plus fort potentiel, mais il reste au groupe à déterminer l'indication, l'an prochain. Bone examinera les opportunités de partenariats. L'an dernier, l'entreprise a conclu un premier partenariat avec Asahi Kasei pour la commercialisation de PREOB au Japon. ALLOB pourrait bien y être commercialisé également, mais la Chine, Taïwan et la Corée du Sud ne sont pas à exclure non plus. Fin 2017, la position de trésorerie de Bone était chiche (8,4 millions d'euros). En février, par l'émission d'une obligation convertible pour 19,45 millions, elle a été renforcée. Suffisamment pour que l'entreprise puisse fonctionner normalement jusqu'à la fin du troisième trimestre de 2019. Naturellement, d'autres opérations de financement seront nécessaires, la piste d'une cotation en Bourse du Nasdaq étant envisagée à terme. Depuis l'arrivée de Jean Stéphenne en février, toutes les conditions nous semblent réunies pour que Bone puisse créer un maximum de valeur pour l'actionnaire. Selon nous, la capitalisation boursière actuelle de 79 millions d'euros est beaucoup trop faible. Nous passons dès lors un ordre pour le portefeuille modèle, de manière à compléter notre position dans l'action. Conseil : acheterRisque : élevéRating : 1CCours : 11,00 eurosTicker : BOTHE BBCode ISIN : BE0974280126 Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 82,5 millions EURC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : -Perf. cours sur 12 mois : +42 %Perf. cours depuis le 01/01 : +40 %Rendement du dividende : -