Les résultats du géant américain des boissons restent capricieux, même si l'optimisme semble dominer depuis six mois. Dopé par le "sans sucre", Coca-Cola paraît avoir renoué avec la croissance. Celle du chiffre d'affaires (CA) s'accélère. Les résultats laissent en revanche une impression plus mitigée et les prochains trimestres confirmeront ou infirmeront l'inversion de tendance structurelle. Les investisseurs sont aux aguets: les chiffres décevants du 4e trimestre de 2018 avaient provoqué le plus net repli de l'action en plus d'une décennie. La problématique n'est pas nouvelle: les ventes mondiales de sodas stagnent depuis des années car la prise de conscience, en Occident, de l'importance d'un mode de vie sain pèse sur la consommation de boissons riches ...

Les résultats du géant américain des boissons restent capricieux, même si l'optimisme semble dominer depuis six mois. Dopé par le "sans sucre", Coca-Cola paraît avoir renoué avec la croissance. Celle du chiffre d'affaires (CA) s'accélère. Les résultats laissent en revanche une impression plus mitigée et les prochains trimestres confirmeront ou infirmeront l'inversion de tendance structurelle. Les investisseurs sont aux aguets: les chiffres décevants du 4e trimestre de 2018 avaient provoqué le plus net repli de l'action en plus d'une décennie. La problématique n'est pas nouvelle: les ventes mondiales de sodas stagnent depuis des années car la prise de conscience, en Occident, de l'importance d'un mode de vie sain pèse sur la consommation de boissons riches en sucres (artificiels). De plus, les consommateurs, toujours plus sensibles aux coûts, privilégient les marques de distributeurs ou les boissons maison (Sodastream). The Coca-Cola Company possède certes quatre des sept sodas les plus populaires au monde (Coca-Cola, Sprite, Fanta et Diet Coke), mais l'évolution du bénéfice par action (BPA) a déçu ces dernières années: 2,04 dollars en 2014, 2 dollars en 2015, 1,91 dollar en 2016 et 2017 et 2,08 dollars en 2018. Après une prévision prudente début 2019, l'optimisme a repris le dessus et le consensus a été relevé à 2,11 dollars par action pour l'exercice. Le 2e trimestre a apporté une très bonne surprise et l'action a culminé. A 0,63 dollar, le BPA trimestriel ajusté était supérieur à celui du 2e trimestre 2018 (0,61 dollar) et au consensus (0,62 dollar); c'est le plus élevé depuis le 2e trimestre 2015. Le CA a augmenté de 6% en un an, à 10 milliards de dollars, et dépasse légèrement le consensus. La croissance organique s'élève aussi à 6%. Le CEO, James Quincey, a encore souligné les bons résultats du virage vers des boissons "plus saines", affirmant que le groupe regagnait des parts de marché. Coca-Cola réduit la teneur en sucre de ses boissons phares (les ventes de Coca-Cola Zero Sugar augmentent de plus de 10% pour le 7e trimestre d'affilée) et se développe dans les boissons peu ou non sucrées (eaux, eaux aromatisées, jus de fruits et légumes, boissons végétales et bio, boissons énergétiques et café et thé (glacés)), des alternatives qui représentent désormais 25% du CA du groupe, contre 15% il y a quelques années. Les hausses de prix de plusieurs marques premium n'ont pas entraîné de baisse des ventes. Le rachat au prix fort du producteur britannique de café Costa a permis au groupe d'ajouter du café prêt-à-boire à sa gamme à partir du 2e trimestre, avec de premiers résultats prometteurs. Coca-Cola mise aussi sur l'innovation et lance jusqu'à 200 nouveaux produits ou variantes de boissons existantes par an en moyenne - en Belgique, par exemple, FuzeTea (combinaison de jus de fruits et de thé glacé) et AdeZ (boisson aux céréales). Le groupe vient de commercialiser sa première boisson énergétique, Coca-Cola Energy, dans plusieurs pays européens, avec des débuts encourageants.Après un excellent premier semestre marqué par une croissance organique de 6%, le groupe a relevé ses prévisions de croissance organique pour 2019 de 4 à 5% et confirme la stabilité du BPA. A 25 fois le bénéfice attendu en 2019 et surtout une valeur d'entreprise correspondant à 23 fois le cash-flow opérationnel (Ebitda), l'action nous semble toutefois très chère. Une telle valorisation présuppose une longue croissance soutenue du BPA, une hypothèse qui témoigne d'un excès d'optimisme. Nous préconisons une prise de bénéfices.Conseil: vendreRisque: faibleRating: 3ACours: 53,99 dollarsTicker: KO USCode ISIN: US1912161007Marché: NYSECapit. boursière: 230,8 milliards USDC/B 2018: 25,5C/B attendu 2019: 25Perf. cours sur 12 mois: +21%Perf. cours depuis le 01/01: +14%Rendement du dividende: 3,0%