Le chiffre d'affaires (CA) du célèbre géant américain des boissons avait connu son plus fort recul depuis 30 ans au deuxième trimestre de 2020, du fait du confinement de la quasi-totalité de la population mondiale. La hausse de la consommation à domicile n'avait compensé que partiellement la fonte de la consommation à l'extérieur. Le groupe a moins ressenti l'effet des deuxième et troisième confinements, mais le premier trimestre de 2021 est loin d'avoir été exceptionnel. Les résultats ayant néanmoins dépassé les attentes des analystes, l'action a bien réagi à la publication du rapport.
...

Le chiffre d'affaires (CA) du célèbre géant américain des boissons avait connu son plus fort recul depuis 30 ans au deuxième trimestre de 2020, du fait du confinement de la quasi-totalité de la population mondiale. La hausse de la consommation à domicile n'avait compensé que partiellement la fonte de la consommation à l'extérieur. Le groupe a moins ressenti l'effet des deuxième et troisième confinements, mais le premier trimestre de 2021 est loin d'avoir été exceptionnel. Les résultats ayant néanmoins dépassé les attentes des analystes, l'action a bien réagi à la publication du rapport. Le groupe emmené par James Quincey était parvenu à renouer avec la croissance ces dernières années, en mettant l'accent sur les boissons sans sucre. En glissement annuel, le CA avait reculé en 2020 de pas moins de 28% au cours du deuxième trimestre et de 5% au cours du quatrième (de 9,07 à 8,61 milliards de dollars). La croissance des ventes enregistrée au premier trimestre de 2021 (+5%, de 8,60 milliards à 9,02 milliards de dollars) a donc soulagé les investisseurs, d'autant plus que le consensus des analystes était bien moindre (8,63 milliards de dollars, soit une hausse d'à peine 0,5%). La croissance organique (avant les acquisitions, les désinvestissements et l'effet de change) du CA est, elle, de 6%. Cependant, l'Asie (+24%) fut l'unique moteur de la croissance; les nombreuses restrictions encore en vigueur dans l'horeca en Europe et en Amérique du Sud, et l'absence d'événement majeur sur ces continents, y ont pesé sur les ventes. La consommation de boissons à l'extérieur assure près de la moitié du CA du groupe. Le bénéfice opérationnel (Ebit) ajusté a connu une évolution encore plus réjouissante que celle du CA, avec une augmentation de 10%, à 0,55 dollar par action, qui a aussi surpris le consensus (0,50 dollar) - bien que cela fasse six trimestres de suite, à présent, que Coca-Cola le dépasse sur ce plan. James Quincey a promis pour 2021 un retour à la croissance organique du CA (entre +7% et +9%) et une progression du bénéfice (de près de 10%). Plus que jamais, le groupe mise sur les boissons plus saines, une approche qui lui a fait regagner des parts de marché, affirme le CEO. Le groupe privilégie en effet les boissons moins sucrées et non sucrées: Coca-Cola Zero, eaux, eaux aromatisées, jus de fruits et de légumes, boissons biologiques, boissons énergisantes, café et thé (glacés). Alors qu'elles contribuaient à peine à hauteur de 15% au CA du groupe il y a quelques années, elles en apportent désormais plus du quart. Et c'est bien parce qu'il a compris que le sucre n'a plus la cote auprès des consommateurs que le groupe a acheté (cher) Costa, le producteur britannique de café. Ainsi propose-t-il, depuis, Coca-Cola Plus Coffee, un café "prêt à déguster". Le CEO entend accélérer encore les innovations et réduire le nombre de produits qu'il vend dans le monde, de 300 à 200 environ. Au premier trimestre de 2021, Coca-Cola a su redresser un CA bien entamé par la crise sanitaire. Sans les nouveaux confinements décrétés dans plusieurs régions, la reprise aurait sans doute été plus nette. Heureusement, le géant des boissons affiche toujours une belle rentabilité. Après la dépréciation de l'action en ce début d'année, nous en avions recommandé l'achat. Elle a repris de la hauteur ces dernières semaines, pour s'échanger de nouveau à plus de 21 fois le rapport attendu entre la valeur de l'entreprise et le cash-flow opérationnel, si bien que nous avons revu à la baisse notre conseil. Conseil: conserver/attendreRisque: faibleRating: 2ACours: 54,54 dollarsTicker: KO USCode ISIN: US1912161007Marché: NYSECapit. boursière: 234,9 milliards USDC/B 2020: 27C/B attendu 2021: 25Perf. cours sur 12 mois: +24%Perf. cours depuis le 01/01: -1%Rendement du dividende: 3,1%