14,73 EUR - 1B digne d'achat
...

14,73 EUR - 1B digne d'achatLa direction de CMB est montée sur le grand mât à l'occasion de la publication des résultats annuels de 2012. Certes, les actionnaires de CMB et des autres entreprises de navigation maritime ne peuvent sans doute pas encore s'écrier "redressement en vue !" pour ce qui concerne les tarifs de transport de vrac sec, mais le mois de juin a en tout cas été marqué par un net rebond. Surtout pour la classe des plus grands bâtiments, grâce à une augmentation des exportations de minerai de fer brésilien et de charbon en général. L'indice Baltic Dry, un baromètre important des tarifs de transport, a progressé de 800 à environ 1100 points au cours de ces dernières semaines. Cet indice a cependant déjà connu plusieurs rebonds de ce type avant de replonger par la suite. Ce pourrait à nouveau être le cas, mais Bocimar, la filiale de CMB active dans le transport de vrac sec, n'exclut pas une stabilisation ou une poursuite du redressement du marché au cours du 2e semestre de cette année. Un message assez optimiste sur un marché toujours en proie à une forte surcapacité. Les armateurs cherchent à compenser cet excès de tonnage en réduisant la vitesse des navires afin de réaliser des économies sur les coûts de carburant et en accélérant la mise au rebut des navires les plus anciens. Mais de nombreux bâtiments neufs qui avaient été commandés au cours de l'âge d'or du secteur, avant le déclenchement de la crise financière de 2008, sont encore mis en service. La capacité mondiale a ainsi grossi de plus de 3% au cours de cette année et l'équivalent de 17% de la capacité actuelle est encore en chantier. La surcapacité ne disparaîtra donc pas à brève échéance. Bocimar reste cependant optimiste et estime que le marché devrait retrouver un meilleur équilibre entre 2014 et en 2015. Pour Bocimar, ce rééquilibrage n'arrivera pas trop tôt. Des contrats à long terme procurent encore une certaine protection à l'armateur mais ces contrats arriveront à échéance au cours des années à venir et les résultats de Bocimar dépendront de plus en plus de l'évolution des prix sur le marché spot. Le résultat sous-jacent de Bocimar durant la première moitié de l'année a d'ailleurs plongé sous la ligne de flottaison, notamment parce que l'entreprise n'a pas encore pu profiter de la récente hausse des tarifs. Ce sera pour ce trimestre. En outre, Bocimar a également dû enregistrer une moins-value exceptionnelle de près de 6 millions de dollars (USD) sur le Minaral Subic, les problèmes financiers du locataire de ce navire ayant entraîné une résiliation anticipée du contrat. De ce fait, Bocimar a essuyé une perte de 9,6 millions USD au 1er semestre de cette année. Une perte en partie compensée dans le chef de CMB par le bénéfice enregistré par ASL Aviation, la filiale active dans la navigation aérienne. ASL Aviationreste en effet performante dans un marché difficile et a enregistré un bénéfice de 4,6 millions USD au cours du 1er semestre de cette année. La société a également acheté 5 Boeing 737-400 pour desservir ses clients et conclu un deal portant sur l'exploitation de trois avions pour la compagnie aérienne irlandaise Aer Lingus. Au 1er semestre, CMB a également pu doper une dernière fois ses résultats avec une plus-value de 31,4 millions USD sur la vente d'actions FMG. Mais cette participation a à présent été presque entièrement réalisée et des pertes ne sont pas à exclure au cours des six à douze prochains mois, sauf si les tarifs de transport restent effectivement orientés à la hausse. En attendant, CMB s'échange à proximité de la valeur d'inventaire nette de ses navires, soit environ 15 EUR par action.Les tarifs spot prennent une importance croissante pour les résultats de CMB et leur récent rebond, de même que le discours assez optimiste du management, sont une aubaine pour le groupe. L'élimination de la surcapacité demandera le temps nécessaire mais CMB se met d'ores et déjà en ordre de bataille pour pouvoir profiter pleinement d'un nouvel équilibre sur le marché. L'action reste dès lors digne d'achat (1B) et intègre ainsi la Sélection.