Cisco Systems a publié des perspectives décevantes pour le deuxième trimestre de suite. L'action en a fait les frais, restant une nouvelle fois dans l'ombre du Nasdaq, qui s'est adjugé près de 30% en 2019.
...

Cisco Systems a publié des perspectives décevantes pour le deuxième trimestre de suite. L'action en a fait les frais, restant une nouvelle fois dans l'ombre du Nasdaq, qui s'est adjugé près de 30% en 2019. Cisco a amorcé un changement de cap stratégique il y a quelques années, abandonnant progressivement la vente de matériel au profit des solutions logicielles dans le cloud, sur abonnement. A long terme, c'est le bon choix... Mais aujourd'hui, les consommateurs finaux répondent aux abonnés absents et des facteurs géopolitiques viennent brider la libre concurrence en Chine, un marché phare. Au cours du trimestre achevé fin octobre, le premier de l'exercice 2020, Cisco a enregistré un chiffre d'affaires (CA) de 13,16 milliards de dollars, soit une croissance de 2% sur un an, la plus faible depuis 2017 - alors qu'un an plus tôt, le CA avait augmenté de 7%.La division Infrastructure Products (IP; routeurs et commutateurs, notamment), qui pèse 57% du CA, a vu ses ventes reculer de 1%, à 7,5 milliards de dollars. La division Applications (1,5 milliard de dollars) affiche une croissance de 6%, alors que Security (815 millions de dollars) a de nouveau enregistré la croissance plus rapide (+22%). Le CA des Services a augmenté de 4%, à 3,3 milliards de dollars.Le CA du groupe et le bénéfice net (+5%, à 3,6 milliards de dollars) ont été conformes aux attentes. Le bénéfice par action affiche une hausse plus marquée (+12%, à 0,84 dollar) grâce aux rachats d'actions. La marge brute s'est consolidée à 65,9%, contre 64,2% il y a un an. Mais l'évolution du nombre de commandes (-4%) n'incite guère à l'optimisme. Les commandes des grandes entreprises et des PME ont reculé de 5%. Celles-ci réduisent les dépenses informatiques; chez les prestataires de télécommunications, la baisse est même de 13%, car la transition vers la 5G n'est pas encore amorcée et les investissements dans l'infrastructure cloud vont légèrement fléchir cette année. Seules les commandes des entités publiques ont progressé de 6%. Pour le trimestre en cours, Cisco prévoit un recul du CA annuel de 3 à 5% - ce serait la première baisse en deux ans. La position de trésorerie de Cisco s'amenuise depuis deux ans, car la rémunération des actionnaires dépasse largement le cash-flow disponible. Au terme du premier trimestre, Cisco avait environ 28 milliards de dollars en caisse, contre 33,4 milliards au début et 73 milliards il y a deux ans. La fonte rapide de ses liquidités (qui pourraient avoir été totalement consommées d'ici quelques trimestres) obligera sans doute Cisco à ralentir ses rachats d'actions. La dette est de 19,6 milliards de dollars, le dividende (0,35 dollar par action) coûte 6 milliards de dollars par an et les rachats d'actions ont atteint 20 milliards de dollars l'an dernier. Cisco a racheté 15,7 millions de titres à un cours moyen de 48,91 dollars au premier trimestre, soit une dépense de 768 millions de dollars - contre 4,5 milliards de dollars au trimestre précédent. La transition vers un modèle d'affaires basé sur des revenus récurrents n'est jamais linéaire, mais le recul des commandes et la perspective d'une contraction du CA sont décevants. Cisco convainc d'autant moins que d'autres entreprises technologiques sont plus performantes dans les mêmes conditions de marché difficiles, avec un dollar cher et des tensions géopolitiques. L'amélioration des marges et la rémunération des actionnaires sont en revanche positives. Depuis son récent repli, l'action présente une valorisation correcte - d'où le relèvement de notre conseil. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 47,88 dollarsTicker: CSCO USCode ISIN: US17275R1023Marché: NasdaqCapit. boursière: 203,1 milliards USDC/B attendu 2019: 17C/B attendu 2020: 14Perf. cours sur 12 mois: +12%Rendement du dividende: 3%