Les résultats annuels du groupe belge de construction et de dragage n'ont pas convaincu. Le chiffre d'affaires (CA) a baissé de 7,7% à 3,24milliards EUR ; le compteur affichait 1,64milliard EUR, ou -7,3%, après le premier semestre. Le pôle Dragage et environnement (DEME) a enregistré une baisse du CA de 5,6%, à 2,23milliards EUR. La base de comparaison était cependant très défavorable compte tenu de l'excellente année 2014 marquée par des réalisations importantes en Australie et au Qatar. GeoSea, la filiale maritime de DEME active dans la construction de parcs éoliens offshore, se montre toujours aussi performante. La part des revenus maritimes n'a cessé d'augmenter pour atteindre 23% en 2015. Les cash-fl...

Les résultats annuels du groupe belge de construction et de dragage n'ont pas convaincu. Le chiffre d'affaires (CA) a baissé de 7,7% à 3,24milliards EUR ; le compteur affichait 1,64milliard EUR, ou -7,3%, après le premier semestre. Le pôle Dragage et environnement (DEME) a enregistré une baisse du CA de 5,6%, à 2,23milliards EUR. La base de comparaison était cependant très défavorable compte tenu de l'excellente année 2014 marquée par des réalisations importantes en Australie et au Qatar. GeoSea, la filiale maritime de DEME active dans la construction de parcs éoliens offshore, se montre toujours aussi performante. La part des revenus maritimes n'a cessé d'augmenter pour atteindre 23% en 2015. Les cash-flows opérationnels (EBITDA) ont notamment progressé de 9,7% à 489,2millions EUR, ce qui correspond à une hausse de la marge d'EBITDA de 18,4% à 21,4%. Mais CFE a prévenu que cette marge 2015 était exceptionnelle, et qu'elle diminuerait en 2016. L'évolution du carnet de commandes reste impressionnante : +31,6% en 2015, à 3,19milliards EUR. Une conséquence de gros contrats signés au 1ersemestre, comme le projet TTP-1 à Singapour, Eko Atlantic au Nigeria et les travaux de dragage de l'Escaut en Belgique. Récemment, GeoSea et Siemens ont annoncé un contrat portant sur la pose de 71fondations pour le parc éolien offshore allemand Hohe See. DEME a également investi dans les nouveaux bâtiments qui rejoindront progressivement la flotte à partir de 2017. Le pôle Contracting ne bénéficie pas de la même dynamique. Le CA a reculé de 11,9%, à 945,1millions EUR. Ce résultat implique cependant un 2esemestre nettement meilleur que le premier, qui avait été marqué par un recul de 17,9% (463,7millions EUR). Si l'on tient compte de la vente des activités dans la construction de route aux Aannemingen Van Wellen début 2015, le recul se chiffre à 7,8%. La division Génie civil est en difficulté (CA en baisse de 21,1%, à 91,8millions EUR), et les résultats de la division Activités internationales (CA en baisse de 29,1%, à 117,6millions EUR) sont toujours pénalisés par l'arrêt d'un projet au Tchad (exposition totale : 60millions EUR). Résultat : une nouvelle détérioration du résultat opérationnel () de Contracting, qui passe de -7,5millions EUR en 2014 à -34,9millions EUR en 2015. Le carnet de commandes a diminué de 15,3%, à 800,8millions EUR. Le recul dans la principale division (Bâtiments dans le Benelux) est cependant acceptable (-7,8%) et le pôle international renoue avec la croissance grâce à de nouveaux projets au Luxembourg et en Pologne. En outre, une partie du carnet de commandes a été transférée à DEME avec les activités de génie maritime dans le cadre de la restructuration du pôle Contracting. Au niveau du groupe, le bénéfice net a progressé de 9,4% à 175millions EUR, soit 6,94EUR par action, ce qui représente une hausse de la marge bénéficiaire de 4,6% à 5,4%. Les investissements réalisés chez DEME ont porté la position nette d'endettement de 188,1millions EUR à 322,7millions EUR. Le dividende brut a été relevé de 20% à 2,4EUR par action, soit un rendement brut de 2,7%.L'action CFE déçoit depuis plusieurs mois. La valorisation n'est certainement pas élevée, avec un ratio valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (EBITDA) attendus en 2016 de 5,1 et à 12,7fois le bénéfice attendu en 2016. Les résultats décevants du pôle Contracting, la baisse des marges attendues chez DEME et la sensibilité de CFE au sentiment boursier général empêchent cependant un relèvement de la note.Conseil : conserverRisque : moyenRating : 2B