L'action du groupe de construction et de dragage est au plus haut cette année. Il est vrai que CFE a connu un excellent début 2015. Le chiffre d'affaires (CA) du groupe s'est stabilisé à 817,5 millions EUR (-0,1%) au 1er trimestre. Mais on note surtout que le CA du pôle Travaux de dragage et environnement (DEME) a atteint 608,9 millions EUR, soit une hausse de 10,9% par rapport au 1er trimestre 2014, notamment grâce au contrat conclu en octobre 2014 pour l'élargissement et l'approfondissement du canal de Suez en Egypte. La part de l'Afrique dans la répartition géographique du CA a ainsi bondi à 44% au 1er trimestre, contre 10% l'an dernier (et 14% sur bas...

L'action du groupe de construction et de dragage est au plus haut cette année. Il est vrai que CFE a connu un excellent début 2015. Le chiffre d'affaires (CA) du groupe s'est stabilisé à 817,5 millions EUR (-0,1%) au 1er trimestre. Mais on note surtout que le CA du pôle Travaux de dragage et environnement (DEME) a atteint 608,9 millions EUR, soit une hausse de 10,9% par rapport au 1er trimestre 2014, notamment grâce au contrat conclu en octobre 2014 pour l'élargissement et l'approfondissement du canal de Suez en Egypte. La part de l'Afrique dans la répartition géographique du CA a ainsi bondi à 44% au 1er trimestre, contre 10% l'an dernier (et 14% sur base annuelle en 2014). L'Europe a produit 24% du CA (41% l'an dernier), l'Amérique du Nord et du Sud ensemble 7% (8%), le Moyen-Orient 5% (14%) et l'Asie et l'Océanie (Inde et Pakistan inclus) 20% (26%). DEME a signé pour 1,6 milliard EUR de nouveaux contrats depuis le début de l'année 2015, principalement grâce à un grand projet à Singapour (phase 1 du terminal de Tuas). Ce projet apportera une contribution significative aux résultats à partir du 2e semestre. Le carnet de commandes de DEME s'élevait ainsi à 3,53 milliards EUR au 31 mars, à comparer à 2,42 milliards EUR fin 2014 et 2,89 milliards EUR le 31 mars 2014. DEME ayant terminé un programme d'investissement pluriannuel l'an dernier, la dette financière nette s'est encore réduite à 114,8 millions EUR, contre 134,1 millions EUR fin 2014 et surtout 543,3 millions EUR au 31 mars 2014. Elle devrait cependant à nouveau augmenter au cours des trimestres à venir sous l'effet des nouveaux investissements annoncés ces derniers mois. GeoSea, la filiale active dans l'énergie éolienne offshore, a conclu le rachat de plusieurs actifs offshore - surtout Innovation I, l'un des plus grands navires de levage (jackup) du secteur - au groupe allemand Hochtief. GeoSea a également décidé de faire construire deux nouveaux navires pour 2017 (Living Stone et Apollo). Le mois d'avril a encore été marqué par l'annonce de la commande de deux nouveaux navires de dragage qui seront disponibles fin 2016. Le deuxième pôle d'activités de CFE est le Contracting (construction), qui a enregistré une baisse du CA supérieure aux attentes, de 26,2%, à 201,1 millions EUR au 1er trimestre. Les difficultés se concentrent principalement dans la division Génie civil, auxquelles d'ajoutent les restructurations dans plusieurs projets à l'étranger. Le point positif est l'augmentation de 3,7% du carnet de commandes à 1,17 milliard EUR depuis début 2015. Au niveau du groupe, CFE a enregistré un résultat net de 159,9 millions EUR ou 6,32 EUR par action l'an dernier, contre un résultat net récurrent de 61,7 millions EUR en 2013 (DEME comptabilisée à 100%). Le dividende brut entre-temps versé est passé de 1,15 à 2 EUR par action. ConclusionMalgré la forte hausse du cours, CFE conserve une valorisation acceptable avec un rapport valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (EBITDA) de 6,1 et à 16,7 fois le bénéfice attendu 2015. La sous-valorisation historique par rapport à Boskalis a toutefois disparu. Nous entrevoyons cependant du potentiel de création de valeur via une scission de DEME et/ou une poursuite de l'optimisation des activités de construction.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B